INITIATIVE LOCALE – La ville de Carpentras a inauguré le 13 juin un Camion numérique. Objectif : lutter contre la fracture numérique, dans un territoire où l’innovation n’est pas toujours accessible.

La Gare numérique de Carpentras est en plein lancement. Ce “tiers-lieu” – « espace physique ou virtuel de rencontre entre personnes et compétences variées» -, a vocation à développer la coopération des acteurs de l’économie locale, autour de projets et d’outils numériques. Autour d’un FabLab (voir l’encadré plus bas), la gare réhabilitée accueille petit à petit des entreprises, et devrait s’enrichir d’espaces de restauration, de formation et de coworking. Un bel enjeu pour Carpentras et ses 29 000 habitants, mais quid des franges rurales qui entourent cette agglomération du nord du Vaucluse ?

Pierre Brouard, chef de projet de la Gare numérique à la CoVe (Communauté d’agglomération Ventoux-Comtat Venaissin), relève le défi porté par une association du même nom, constituée de particuliers, d’associations entrepreneuriales, d’entreprises, d’artisans, de professeurs et d’élus. Si ces populations n’ont pas accès au Fablab de Carpentras, le FabLab viendra à eux.

camion numérique« Le Camion numérique est un projet associatif, qui veut fédérer des collectivités, des organismes de formation, des entreprises, des industries, des pépinières et des citoyens, à 50 kilomètres autour de Carpentras, décrit Pierre, nous souhaitons avoir une antenne mobile du FabLab. » Un outil qui permettrait de réduire la fracture numérique, disparité géographique d’accès aux technologies informatiques, bien présente dans cette zone rurale de Provence. Pour Pierre, « l’idée c’est d’aller au contact, dans un territoire rural où des villages n’ont parfois qu’une cinquantaine d’habitants ».

C’est quoi, un FabLab ?

Nés aux États-Unis, les fabrication laboratory – soit laboratoires de fabrication -, sont des espaces de partage d’outils industriels généralement inaccessibles au grand public. Ils sont sensés constituer un réseau, dans lequel des passionnés transmettent le b.a.-ba de la philosophie « opensource » et de l’esprit makers. En d’autres termes, ces ateliers du futur permettent d’accéder à des imprimantes 3D, des foreuses digitales et autres trésors, en favorisant l’émergence de supports créatifs libres de droit, donc partagés et partageables au sein d’une communauté mondiale !

Un camion tout juste inauguré !

Dans le sillage de la Gare numérique, le Camion numérique entend ouvrir Carpentras et ses alentours aux outils Carpentras et ses alentours aux outils du monde connecté.Ils l’ont dit, ils l’ont fait ! L’association de préfiguration de la gare numérique a en effet inauguré son véhicule le 13 juin. Après une campagne de crowdfunding largement validée, et avec le soutien de la marque Provence créative, qui englobe les initiatives de la CoVe sur l’accès au numérique, l’équipe a pu lancer l’aménagement du camion, pour y faire tenir un atelier mobile. Quelques mois de conception plus tard, le camion sillonne déjà les routes. « On a lancé une tournée inaugurale dans les villages, puis dans des festivals, ensuite ce seront les entreprises, les collectivités, qui nous feront venir sur demande », explique Pierre.

Concrètement, le camion est équipé de deux imprimantes 3D, de découpes laser et vinyle, d’une thermoformeuse, d’un scanner 3D, et de matériel de conception Raspberry ou Arduino. Autant d’outils aux noms complexes, qui permettront aux novices de créer des objets, connectés ou non, en bénéficiant des savoirs faire et de l’accompagnement des bénévoles du Camion numérique. «Pour susciter l’innovation, nous voulons nous confronter aux problématiques des habitants, comme nous le raconte Pierre, que quelqu’un qui a une idée puisse venir, qu’on l’aide sur le choix des outils, mais aussi dans les compétences. » Un usage professionnel, couplé à une volonté de sensibilisation aux enjeux du numérique, pour « faire la promotion des usages numériques, comme la réparation de pièces contre l’obsolescence programmée, par exemple ».

Le Camion  numérique entend donc casser la fameuse fracture numérique, avec un « écosystème, qu’on valorise, pour créer du lien entre le public et le privé, les entreprises et l’associatif, et entre les villages aussi ! » Beau programme donc, que celui de contribuer à l’émergence d’idées connectées sur un territoire isolé. Pierre conclut : « L’association donne accès à internet et aux innovations, pour valoriser les compétences, créer du lien social, dynamiser les villages. Que les générations travaillent ensemble sur l’attractivité de ce territoire. »

Dans le sillage de la Gare numérique, le Camion numérique entend ouvrir Carpentras et ses alentours aux outils Carpentras et ses alentours aux outils du monde connecté.


Commentaires