Vous êtes passionnés de plongée et vous ne savez pas quoi faire cet été ? Pourquoi ne pas mettre vos compétences au service des recherches scientifiques dans le cadre de vacances solidaires en devenant éco-plongeur ?

Le concept de “tourisme solidaire” a pris de l’ampleur ces dernières années et offre la possibilité de concilier ses valeurs avec des activités plutôt agréables. Chacun peut aujourd’hui pratiquer son loisir favori tout en devenant un éco-citoyen utile. L’essor des outils connectés et des sciences participatives offrent la possibilité à des volontaires compétents de participer à des programmes de recherche scientifique partout dans le monde. De nombreuses études sont en cours à travers la planète pour mieux comprendre le fonctionnement de la vie marine. Les chercheurs manquent cruellement de plongeurs capables d’effectuer  des observations, voir des prélèvements à travers les mers et les océans de la planète, en particulier sur les récifs. De nombreuses associations proposent des missions bénévoles d’au minimum 15 jours, souvent prises d’assaut. Même si le voyage et l’hébergement sont à la charge des bénévoles, ces missions sont l’occasion d’accéder à des sites d’exception tout en contribuant à la recherche.

Surveiller des récifs en Indonésie

Récif en Indonésie

Récif en Indonésie

Le programme de l’opération Wallacea se concentre sur la biodiversité des récifs de la station marine de Hoga, en Indonésie. Les éco-plongeurs apprennent à effectuer des relevés en vidéo-stéréo, puis à les analyser en laboratoire. L’étude porte sur un certain type d’étoile de mer très invasive. Ce programme est ouvert à des étudiants en sciences qui participent bénévolement à des expéditions en collaboration avec des chercheurs universitaires. 3 000 étudiants issus des quatre coins du monde participent à ces missions scientifiques chaque été.

Participer à la protection des hippocampes

Les hippocampes doivent être protégés et l'étude leur comportement est essentielle

Les hippocampes sont difficiles à étudier dans la nature

ISeahorse est un site Web et une application pour smartphone qui permet à tous, partout dans le monde, de contribuer à la science et à la conservation des hippocampes en partageant des observations sur les hippocampes sauvages. Aucune connaissance préalable n’est nécessaire. Simplement en ajoutant vos observations et en aidant à identifier les hippocampes sur le site, vous contribuez à la connaissance et à la conservation de ces animaux marins. Ce programme est piloté par l’université de Colombie-Britannique. Les hippocampes sont difficiles à étudier dans la nature en raison de leur capacité à se fondre comme un caméléon dans leur environnement. Ces animaux sont particulièrement vulnérables à la surpêche, et menacés par la perte d’habitat. Les hippocampes sont des prédateurs importants des organismes vivants présents dans les fonds marins. Leur présence est essentielle à l’équilibre des écosystèmes côtiers. 

Plonger dans une réserve marine au Mexique

Une tortue marine au Mexique

Paisible, cette tortue marine au Mexique

Le Mexico diving volunteer project, offre aux plongeurs bénévoles la possibilité d’évoluer dans la réserve  de Sian Ka’an à Tulum, dans le Yucatan. Dans la langue des Mayas qui peuplaient autrefois la région, Sian Ka’an signifie “origine du ciel”. Située sur la côte est du Yucatán, cette réserve de la biosphère comprend des forêts tropicales, des mangroves et des marais, ainsi qu’une vaste étendue marine traversée par une barrière de récifs. Elle abrite une flore remarquablement riche et une faune qui comprend plus de 300 espèces d’oiseaux. Il est possible d’y rencontrer des dauphins, des tortues, et des lamantins. Grâce aux missions proposées, les volontaires participent à la préservation des espèces marines côtières.

Il est également possible de rejoindre une équipe de bénévoles sur le site naturel d’Akumal, non loin de Tulum, toujours dans la région du Yucatan. Une belle opportunité d’explorer la région tout en contribuant à la recherche et en participant à un programme de sensibilisation des communautés locales.


Commentaires