REPORTAGE – UP le mag, en partenariat avec Up Campus et la Ville de Paris, vous propose de découvrir des projets positifs et inspirants qui créent un impact écologique et social durable dans la capitale. Aujourd’hui, nous vous présentons l’atelier « Repair café » du Centre Paris Anim’ Reuilly.

Les Repair Café fleurissent dans la capitale ! Ces ateliers dédiés à la réparation et l’entretien d’objets du quotidien ont lieu régulièrement dans des lieux de vie collectifs, au sein de quartiers, villes et villages. Des bricoleurs bénévoles viennent y partager leurs connaissances pour remettre en état de marche des objets défectueux. Couturier.e.s, spécialistes de l’électronique et autres bidouilleurs peuvent ainsi satisfaire divers besoins, avec comme objectif de partager leur savoir, et rendre l’intéressé.e autonome dans son prochain bricolage (voir la Charte des Repair Café en fin d’article).

À Paris, l’initiative a débarqué en 2013, avec la création de Repair Café Paris (RCP). Cette association coordonne les ateliers de réparation collectifs et participatifs dans les 20 arrondissements parisiens. Stéphanie Le Tohic, bénévole à RCP et chargée de développement de projets culturels au CLAJE (pour Centre de loisir animation jeunesse) de Reuilly, est à l’initiative d’un de ces ateliers. « L’idée de Repair café Paris n’est pas d’avoir de lieux fixes, mais de toucher le plus grand nombre en étant indépendant, raconte celle qui a découvert l’esprit des Repair Café grâce à un ami qui en a fondé un. J’ai proposé au directeur du centre, avec l’idée de faire un essaimage sur le 12e arrondissement, dans les centres sociaux, et parfois les maisons de quartier. »

Pour l’instant, les ateliers de Reuilly ont lieu une fois par mois. Ce vendredi du mois de mai, de 18 heures à 22 heures, nous aurons vu passer des écouteurs, des radios (réveil ou pas), des lampes, des aspirateurs et même un pèse-personne, ainsi qu’une imprimante, ou encore une jupe et des rideaux !

Ghislaine a apporté une vieille lampe et un aspirateur bouché. « Je promenais mon chien devant le centre quand j’ai vu une affiche, nous confie-t-elle. C’est une excellente initiative contre l’obsolescence programmée ». Le faux-contact de la lampe de sa grand-mère et les poils de chien qui obstruaient son aspirateur sont désormais un souvenir. En un peu plus d’une heure, où elle aura fait la conversation avec des habitants du quartier et les bricoleurs du jour, Ghislaine repart avec deux objets de nouveau prêts à être utilisés.

Un succès contre l’obsolescence programmée

Le Repair café du centre Reuilly dans le 12ème arrondissement de paris accueille une fois par mois les usagers qui souhaitent faire réparer leurs objets défectueux.

Les bénévoles listent les objets, leur poids, et s’ils ont été réparés ou non.

À l’accueil, des bénévoles autrefois non initiés ont peaufiné leur connaissance des réparations, et cernent dès leur prise en charge les problèmes des usagers. Andrée s’inquiète par exemple de la durée de débranchement d’un micro-onde, mesure de sécurité assez technique dont elle s’affranchit en toute simplicité. « On arrive souvent à sauver 60 à 70 % des objets », témoigne Andrée, embarquée dans l’aventure après être venue faire réparer son sèche-cheveux en juin 2017. «Pour nos statistiques, on note d’où viennent nos usagers. En fin de séance, on calcule même le poids d’ensemble des objets réparés pour voir ce qu’on a évité en déchetteries ! »

Micheline, de son côté, vient d’abord pour apprendre : « C’est trop bête de se trouver devant une chose qui ne fonctionne plus, sans comprendre ce qui ne va pas. » Mais, elle aussi, revient vite à des considérations écolos : « Il y en a marre de jeter les affaires et de pourrir la planète. Il faut penser aux générations futures. » Ce sentiment général de prise de conscience écologiste nous est confirmé par Stéphanie Le Tohic, qui interagit beaucoup avec les usagers : « Les gens sont sensibles au développement durable. Cela a le vent en poupe, ils font de plus en plus attention à leur consommation. »

Olivier, retraité d’une compagnie d’assurance, « aime bien bricoler », et donne de son temps depuis un an pour aider ceux qui en ont besoin : « Ce qui m’énerve, c’est de voir le nombre d’objets qui finissent à la poubelle, qui sont vieux mais qui marchent, avec des pannes mineures. » Pour lui, les Repair Café répondent à un réel besoin, d’autant qu’« il  n’y a plus de petits réparateurs dans le quartier ».

Un besoin écologique et pratique

Quand on interroge Stéphanie Le Tohic sur le recrutement des bénévoles, elle s’enflamme : « Les bricoleurs sont une espèce menacée ! » En effet, les bénévoles compétents et motivés semblent ne pas courir les rues : « On les trouve par le bouche-à-oreille, avec des profils différents, des cadres supérieurs aux ingénieurs, on a même un réparateur d’avion ! »

Ce constat confirme la nécessité de transmettre ces savoir-faire usuels, de former petit à petit les consommateurs à l’auto-réparation. « On assiste à de vrais échanges, veut croire Stéphanie Le Tohic, les gens qui reviennent accumulent des connaissances. » À l’image, peut-être, de cette dame qui présente à son réparateur attitré le bloc de commande de sa machine à laver. Ce dernier témoigne : “Elle avait repéré exactement ce qui déconnait !” Un diagnostic qu’elle dit avoir fait grâce à une fréquentation assidue des Repair Café parisiens. Un bon réflexe, qui s’arrête à la complexité de l’équipement concerné : « Après, c’est un peu trop technique pour moi ! »Le Repair café du centre Reuilly dans le 12ème arrondissement de paris accueille une fois par mois les usagers qui souhaitent faire réparer leurs objets défectueux.Le succès de ce Repair Café témoigne donc de la volonté des usagers d’éviter le gaspillage, si on leur donne le temps, les outils, et le savoir-faire. « Dans l’idéal, on voudrait qu’il y ait moins de monde, créer une ambiance de quartier, plus conviviale et familiale », conclut Stéphanie Le Tohic. Si l’instigatrice d’un Repair Café s’inquiète de son trop grand succès, c’est bien la preuve de leur nécessaire développement. Rendez-vous donc sur le site de Repair café Paris pour noter le prochain atelier près de chez vous !

La Charte internationale des Repair Café :

• Les réparations et activités dans un Repair Café sont effectuées gratuitement par des réparateurs bénévoles.

• Les participants effectuent autant que possible eux-mêmes les réparations, si nécessaire avec l’aide des réparateurs présents.

• Ni les organisateurs d’un atelier dans un Repair Café ni les réparateurs ne peuvent être tenus responsables des dommages éventuels aux objets présentés pour être réparés suite aux conseils ou instructions de réparation donnés, ou tout autre dommage découlant des activités d’un Repair Café.

• Une contribution aux frais d’organisation d’un atelier dans un Repair Café, à votre discrétion, sera particulièrement appréciée.

• Les réparateurs ne donnent aucune garantie sur les réparations effectuées avec leur aide et ne sont pas responsables d’un éventuel dysfonctionnement des objets réparés dans un Repair Café.

• Les réparateurs se réservent le droit de refuser de réparer certains objets.

• Les réparateurs n’ont pas l’obligation de remonter les appareils démontés qui ne peuvent être réparés.

• Les participants à un atelier dans un Repair Café sont responsables du devenir des objets cassés irréparables. (Ils méritent d’être recyclés !)

• Pour éviter aux participants une attente trop longue, un seul objet par personne sera examiné, en cas d’affluence.


Commentaires