INITIATIVE – La plateforme imaginée par Laura et Marie Giacchero, La Charrette, permet aux producteurs de faire du covoiturage. Ils regroupent leurs marchandises lors de trajets communs et partagent ainsi les frais de transport tout en limitant leur impact sur l’environnement.

«Il y a beaucoup de sites pour aider à la vente de produits, mais pas pour réduire l’impact de la livraison, souvent coûteuse et contraignante pour les paysans, affirme Laura, cofondatrice du site La Charrette. Les producteurs effectuent parfois des livraisons avec des camions à moitié plein et repartent avec des véhicules complétement vides.» D’où le projet qui vise à réduire ces coûts de transport. « La Charrette réunit tous les producteurs qui veulent livrer et ceux qui ont des produits à livrer », poursuit-elle. Son initiative vise ainsi à faciliter les contacts entre les consommateurs, les épiceries ou les restaurants et les producteurs.

Mieux rémunérer les producteurs

Il suffit, pour chaque utilisateur, de rentrer le trajet qu’on effectue ou de proposer un trajet, et le site fait le reste. Les trajets sont organisés selon les conditions dans lesquels ils doivent être effectués. « Il y a tous types de produits et aucun ne sont incompatibles, sauf lorsqu’ils doivent être transportés dans des frigos. Quand le bio ne peut pas être mélangé au non-bio, ce sont des véhicules spéciaux », continue Laura Giaccherio

La Charrette compte déjà plus de 100 trajets pour autant de producteurs. « C’est comme Blablacar, ils se partagent les frais et on prend une commission, 10 % la plus petite possible. » Cette initiative permet aux producteurs d’économiser de l’argent, mais aussi de mieux se rémunérer. « Les grandes distributions prennent des marges et essaient de vendre leurs produits moins chers aux clients, ce qui réduit la rémunération des agriculteurs. Ici, ils fixent leur prix eux-mêmes, et ce n’est pas pluscher car le transport est peu coûteux.»

Économique, mais aussi écologique, le covoiturage réduit l’impact des agriculteurs sur l’environnement. « Pour le moment, on n’a pas de réels chiffres, mais tous les trajets partagés réduisent forcément la pollution.On essaiera même par la suite de faire de petites récompenses comme le producteur le plus vert’», se réjouit la jeune femme.

Les produits locaux à l’honneur

Laura Giaccherio a fondé La Charrette avec sa sœur, Marie. L’idée au départ : développer les circuits courts et… consommer local. « C’était soit très cher, soit très contraignant, mais plébiscité par beaucoup de monde, notamment pour la traçabilité du produit ! 

Après un an, les sœurs vont créer un nouveau site, plus simple et efficace. Elles ont recueilli 20 000 euros en deux jours grâce à une campagne de crowdfunding (sur le site We do good). L’occasion pour elles de coller aux attentes des producteurs, comme l’explique Laura : « En un an, on a parlé à plus de 500 producteurs dont certains nous ont dit qu’ils souhaitaient que la plateforme s’ouvre à quelques consommateurs. Les producteurs font confiance aux épiciers ou restaurateurs qu’ils connaissent et à qui ils confieraient leurs aliments, car aucun producteur ne vit près de chez eux. » La Charrette se veut créatrice de lien social et local entre tous les écosystèmes de l’alimentation.


Commentaires