En partenariat avec Up Campus et la Ville de Paris, UP le mag vous propose de découvrir des projets positifs et inspirants qui créent un impact écologique et social, durable dans la capitale. Aujourd’hui, focus sur Kelbongoo, une entreprise proposant des produits de fermes picardes à taille humaine.

Qui a dit qu’on ne pouvait pas consommer des produits locaux issus d’un circuit court à Paris ? Les champs manquent à l’appel intra muros ? L’entreprise Kelbongoo fait le lien entre petits producteurs de Picardie et consommateurs de l’Est parisien. De plus en plus de consommateurs sont en quête de produits au « bongoo » et surtout ont envie de savoir ce qu’il y a dans leur assiette. Selon WWF France, 70 % des Français ont commencé à évoluer et optent pour des produits plus responsables, des produits bio, locaux et plus rémunérateurs pour le producteur (ce qui est possible en réduisant le nombre d’intermédiaires).

La société entend « encourager une consommation raisonnée, la traçabilité des produits, encourager les producteurs locaux respectueux de l’environnement », résume-t-on au sein de l’équipe de Kelbongoo, qui affirme que les producteurs sont « attachés au bon goût, au respect des bêtes et de la terre cultivée ». En un mot, le but de l’opération est de « créer une alternative au système agro-alimentaire ».

Concrètement, on passe commande en ligne, puis on vient récupérer son panier garni dans l’un des trois espaces parisiens. Au choix, des fruits et légumes, des produits laitiers, de la viande et du pain, des fruits de mer et des escargots, du jus et des bières artisanales, des tartes aux fraises et des bouteilles de cidre…

Kelbongoo vs Monop’

À lire aussi : Budget participatif: les citoyens, vraiment aux commandes ?

L’entreprise gère plusieurs centaines de commandes par semaine, les récupèrent à des points de collecte. Ce sont les fermes qui fixent le prix des produits et, pour le service de logistique, en particulier, la plateforme prélève une commission de 25 % sur le montant de la vente.

Kelbongoo a ouvert ses premières boutiques dans le 20e arrondissement (rue Saint-Blaise et rue du Borrégo). Puis, elle a ouvert un troisième lieu dans le 10e arrondissement près du Canal Saint-Martin. C’est un bâtiment qui aurait dû, au départ, accueillir une supérette Monop’, mais un collectif de citoyens s’y étaient opposé. Mission réussie.

Le projet du supermarché n’a pas vu le jour et Kelbongoo a ensuite gagné un appel d’offres permettant de choisir parmi des commerces plus en phase avec la demande des citoyens. L’entreprise, qui emploie plus de 20 personnes, a été également plébiscitée par les habitants via le budget participatif, en 2016. La mairie de Paris leur a attribué une subvention de plus de 100 000 euros.

« Il est possible de reconquérir ce secteur marchand essentiel qu’est l’alimentation, avec des objectifs sociaux et sans but lucratif », avait expliqué Léa Barbier, la cofondatrice de l’entreprise sociale et solidaire à L’Huma.

Les infos pratiques sont à retrouver sur le site de Kelbongoo.

Dans le cadre du cycle de rencontres “Impact durable : mode d’emploi “, co-organisé par Up le mag, Up Campus et la Mairie de Paris ne manquez pas la conférence “Anti-gaspillage, on s’engage !”,  le 31 mai de 19 h 15 à 20h45 aux Canaux, 6 Quai de la Seine 75019 Paris.

Inscriptions en ligne gratuite


Commentaires