INITIATIVE LOCALE – L’association On n’est pas que des cageots récupère palettes, bouteilles et autres cagettes dans les poubelles des Côtes d’Armor, et forme les Bretons à la création de chefs d’œuvres do it yourself.

Une table en cagettes, un luminaire fait de bouteilles plastique, un transat en palettes… Ces objets du quotidien prennent des formes ambitieuses, surtout quand on sait qu’ils sont faits de déchets. On n’est pas que des cageots est une des nombreuses associations à mettre en avant leur réutilisation pour fabriquer des objets utiles au quotidien. Fondée en 2013, cette structure possède un local à Saint-Brieuc, mais intervient dans tout de département des Côtes-d’Armor.

L'association On n'est pas des cageots crée des meubles originaux à partir de matériaux de récup : palettes etc. « Notre activité est basée sur des ateliers tout public, enfants, ados, personnes âgées, au sein de structures ou de collectivités, détaille Anne Cavart, cofondatrice de l’association, nous avons aussi fait des expositions, sur demande, pour montrer que la récupération peut être quelque chose de beau. » On n’est pas que des cageots a en effet participé à plusieurs expositions, à la galerie communale de Landorec et au musée La Briqueterie de Langueux. Cette présence dans des lieux d’art montre que l’on peut créer à partir de rien. Ici, l’attention est donc particulièrement donnée à faire de ces matériaux jetés des objets utiles et esthétiques.

Le do it yourself pour faire changer les mentalités

L’activité d’On n’est pas que des cageots cache aussi une ambition écologique : désengorger les déchetteries. Comme nous l’explique Anne Cavart : « Nous utilisons des matériaux du quotidien pour nos ateliers, comme les bouteilles en plastique mais aussi d’autres plus industriels, comme la palette. Ces matériaux non dangereux, qui sont hors du circuit de recyclage, nous offrent une matière première tout en assainissant la filière. »

Ce réemploi passe ensuite par le do it yourself (DIY), ou « faire soi-même », pratique de plus en plus répandue qui fait écho pour l’association à la nécessité de repenser notre gestion des déchets. « Si on veut vraiment être dans l’économie circulaire, il faut réfléchir à ce que les gens produisent, mais aussi à ce qu’ils vont faire de leurs créations, estime Anne Cavart. Où doivent-ils mettre ces objets s’ils finissent par les jeter ? En ce sens, nous travaillons avec le centre de tri local pour sensibiliser notre public. »

On n'est pas que des cageots a participé à une exposition à La Briqueterie de Langueux, créant une vague géante en palette pour l'occasion.

La “Vague déferlante”, exposée à la Briqueterie de Langueux, est faite de palettes issue de la récupération (DR)

Sensibiliser au réemploi, et plus si affinités

De la récupération au bricolage, On n’est pas que des cageots incite les structures et les particuliers qui participent à ses ateliers à prendre en charge l’ensemble de la réhabilitation. « Nous échangeons sur les lieux où trouver les matériaux dans leur coin, et comment démarcher des entreprises ou des artisans qui mettent les matériaux intéressants au rebus.» Anne Cavart insiste ainsi sur l’importance de la transmission, au cœur du projet de l’association : « Nous venons avec des outils simples pour que les gens puissent reproduire chez eux ce qu’ils ont appris. »

Rendre accessible les pratiques de la récup’, du réemploi, permet aussi d’apporter une solution simple et vertueuse à des publics qui ont peu d’argent. Cette dimension sociale a vite été rejointe par d’autres enjeux de société, comme en témoigne Anne Cavart : « On s’est rendu compte que notre public est composé à 80 % de femmes, avec une joie de s’approprier les outils que certaines nous confient ne pas pouvoir utiliser chez elles. Et ce peu importe l’âge ! » Du réemploi à la lutte contre le sexisme, de la récupération aux enjeux sociaux, la frontière semble s’ouvrir quand on n’est pas que des cageots !

Mon projet pour la planète

On n’est pas que des cageots a été sélectionné parmi 1 174 projets, dans le cadre d’un appel à projet du ministère de la Transition écologique. Dans la catégorie Économie circulaire, vous avez jusqu’au 11 mai pour les soutenir via la plateforme de vote en ligne.

Plus d’infos sur https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/


Commentaires