EXTRAIT DU MAG – L’ONG Bibliothèques sans frontières (BSF), qui lutte contre les inégalités sociales par l’accès à la connaissance, soutient la création de médiathèques dans le monde entier, à destination de populations précaires et touchées par la guerre. Livres, caméras, appareils photo, ordinateurs y sont accessibles. On en parle avec Jérémy Lachal, cofondateur, avec l’historien Patrick Weil, de BSF.

En partenariat avec Ashoka, premier réseau mondial d’entrepreneurs sociaux.

L’an dernier, Jérémy Lachal, cofondateur et directeur général de l’ONG Bibliothèques sans frontières, s’est rendu dans une zone de démobilisation des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Là où les guérilleros se sont retirés, à la suite des accords de paix avec le gouvernement, l’ONG a déployé vingt « Ideas box » (Boîte à idées, en français), des médiathèques conçues en kit à partir de palettes, qui sont créés en moins de 20 minutes. Le cofondateur de l’ONG est venu échanger avec certains bénéficiaires. Notamment des jeunes Colombiens venus apprendre à manier une caméra, dans l’idée d’interviewer d’anciens partisans des Farc. « Ils voulaient comprendre pourquoi ces derniers leur avaient fait la guerre pendant tant d’années… » Cette rencontre a marqué Jérémy Lachal, fellow d’Ashoka. Les bibliothèques, à ses yeux, représentent bien plus qu’une simple collection d’ouvrages, « ce sont des espaces de créativité et de dialogue ».

Un million de bénéficiaires

Pour appuyer son propos, Jérémy Lachal donne un autre exemple et rapporte une scène qui s’est déroulée à Haïti, juste après le séisme de 2010. Comme de nombreux habitants, le célèbre poète Frankétienne a vu les murs de son logement s’effondrer. « Ses compatriotes avaient été rassurés de le voir vivant et criaient : “Il est debout”. » Autrement dit, « la culture est très importante, y compris dans une société où l’illettrisme touche de nombreuses personnes ». S’il est certes indispensable d’apporter médicaments et vivres juste après des catastrophes naturelles, il est, selon Jérémy Lachal, tout aussi utile de préserver le patrimoine littéraire d’un pays.

Éducation, rendement agricole grâce au savoir, emplois… Bibliothèques sans frontières, qui a déjà installé 85 ideas box (voir ci-dessous), dit avoir un impact sur « plus de 1 million de personnes » depuis sa création. Que ce soit dans des camps, où l’association soutient réfugiés et déplacés – par exemple syriens  -, ou dans d’anciennes zones de guerre dans lesquelles elle bâtit « des bibliothèques pour la paix », dixit Jérémy Lachal.

BSF accompagne aussi les zones rurales et les quartiers populaires en France, aux États-Unis ou en Australie. La littérature n’a pas de frontières.

L’ONG fondée par Jérémy Lachal et l’historien Patrick Weil est présente dans 25 pays.

Depuis 2014, 85 ideas box ont été installées, dont 15 en France.

20 langues sont couvertes par l’association.

140 salariés et 400 bénévoles sont présents pour trier les livres et former les bibliothécaires, et pour développer des logiciels informatiques.


Commentaires