EN BREF – Dans le Morvan, en Bourgogne-Franche-Comté, le groupement forestier du Chat Sauvage récolte des dons pour sauver la biodiversité sur leur territoire.

L’objectif de Chat Sauvage est simple : sauvegarder le paysage traditionnel des forêts du Morvan. Ce groupement, composé de sociétaires issus de la société civile, cotise pour racheter des parcelles forestières. En effet, l’implantation du pin douglas menace les parties de forêt intactes. Celles-ci risquent une « coupe à blanc », en clair, un abattage de la totalité des essences naturelles. Une fois les arbres coupés, le sol serait directement exposé au soleil, ce qui détruirait la biodiversité naturelle, comme l’expliquent ces défenseurs de la biodiversité du Morvan.

Le groupement forestier citoyen compte une centaine de personnes qui ont participé au projet à hauteur de 200 euros. Les sociétaires ont déjà acheté une trentaine d’hectares de forêt. Chaque hectare nécessite 3 000 euros. Chat Sauvage prône une sylviculture raisonnée, respectueuse des environnements naturels. Les bénéfices de la production de bois ne sont pas la priorité de la société civile, celle-ci réinvestit donc ses revenus dans l’achat d’autres terres.

Depuis les années 50, le pin a été implanté dans la région. Il couvre désormais 60 % de la superficie forestière, contre 25 % dans les années 1970. Les constructeurs sont friands de ce bois résistant et durable. L’exploitation du résineux aurait, selon le groupement, des conséquences sur les sols et la qualité de l’eau. Les abattages préalables fragilisant la terre, le groupement s’inquiète de l’usage de pesticides qui deviendront nécessaires pour améliorer les rendements. En France, le pin reste une des principales ressources forestières.


Commentaires