INITIATIVE – Clip-it est un jeu permettant d’assembler des bouchons en plastique usagés grâce à des pinces, appelées “clips”. Une activité ludique pour les petits, qui sensibilise au tri des déchets.

Les enfants apprennent vite et, grâce aux jeux, on peut leur faire passer plusieurs messages. Et ce, dès leur plus jeune âge. Cyril Rheims l’a bien compris avec son associé Mathieu Colos. Les deux architectes de formation ont découvert un moyen de sensibiliser de manière ludique à la problématique du tri, du recyclage, des déchets avec des… bouchons en plastique.

Les deux fondateurs de Clip-it veulent offrir une seconde vie aux bouchons en plastique

Les deux fondateurs de Clip-it veulent offrir une seconde vie aux bouchons en plastique (source : Clip-it)

Tout démarre en 2014, lorsqu’ils participent à un concours de design sur le thème de l’upcycling (le fait de réemployer des objets en changeant leur usage). « Un jour lors d’une réunion, se souvient Cyril Rheims, ma fille jouait à côté de nous avec des bouchons. Elle construit des figures à même le sol, mais casse ce qu’elle a dessiné. » Et là, c’est le drame, mais aussi le déclic pour les deux startuppers : si la petite avait eu des pinces pour relier les bouchons les uns aux autres, elle n’aurait pas tout détruit d’un coup. Le projet Clip-it est tout trouvé. Les deux Montpelliérains gagnent le concours, puis lancent l’entreprise Waste is more, bien conscients que 80 milliards de bouchons sont produits en France chaque année. Et qu’il est possible de trouver une solution pour leur offrir une seconde vie.

À lire aussi : Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

Un projet écolo… et solidaire !

Ils commencent à fabriquer des pinces – ou “clips” – dont certaines sont compatibles avec des pièces Lego. Elles sont conçues à partir de bouchons recyclés. La jeune pousse en achète à l’association Bouchons d’amour qui les récupère auprès de particuliers ou d’entreprises. Une action solidaire : celle-ci les revend ensuite à des usines de recyclage, ce qui permet à la structure de financer notamment des fauteuils pour personnes handicapées.

Les enfants construisent à partir de bouchons des contenants en plastique

Les enfants construisent à partir de bouchons de contenants en plastique (source : Clip-it)

L’équipe de Clip-it collecte les bouchons dans une usine à Castelnau, où les membres d’un Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) local viennent les trier par couleur. « Cela nous permet d’avoir à la fin plusieurs gammes de bouchons, et ce n’est pas beaucoup plus cher pour nous de travailler avec un ESAT », précise Cyril.

Lui et son associé travaillent principalement pour des écoles. Les enseignants peuvent se servir des “clips” dans le cadre des cours de mathématiques, par exemple. On trouve également le jeu d’assemblage dans certains magasins indépendants, et dans les boutiques Nature & découverte.

Après les légumes moches, les bouchons moches

Depuis 2014, ils ont fabriqué près de 8 millions de “clips” et proposent des boîtes de pinces à des tailles différentes. En revanche, Clip-it incite les enfants à s’amuser et à créer des figures à partir de bouchons en plastique trouvés à la maison. Et l’idée c’est qu’après utilisation, les familles donnent les pièces à l’association Les bouchons d’amour. Pour que la boucle soit bouclée en quelques sortes, dans l’esprit de notre chantre de l’économie circulaire.

Mais ils fabriquent quoi, les jeunes ? Sur les réseaux sociaux, tant sur Facebook que Pinterest, Clip-it propose des idées de construction à faire, des objets, des animaux… Pour l’instant, la société ne vend pas de bouchons, mais cela pourrait changer. “Certains clients nous le demandent, explique Cyril, car les enfants ont la flemme d’attendre que les bouteilles soient terminées pour piquer le bouchon. Alors on réfléchit à récupérer des rebuts de bouchons dans les usines de fabrication : des pièces mal calibrées ou mal colorées… » En d’autres termes, des bouchons invendables qui auront droit, eux aussi, à une vie décente. Vive les bouchons moches !


Commentaires