9   +   10   =  

Anne Le Gall et Maxime Switek envoient des ondes positives sur Europe 1


RENCONTRE – Du lundi au vendredi, sur Europe 1, entre 13h15 et 14h00, les journalistes Anne Le Gall et Maxime Switek mettent en avant des initiatives positives dans l’émission Circuits Courts. Nous les avons rencontrés.

L’économie sociale et solidaire, l’environnement et les nouveaux modes de consommation ont leur place sur une grande antenne, à une heure de grande écoute. Les journalistes Anne Le Gall et Maxime Switek en font la preuve chaque midi, sur Europe 1, avec leur émission Circuits Courts. Depuis septembre 2017, ils donnent la parole à des acteurs de terrain pour parler alimentation, mode, aménagement du territoire, éducation, numérique ou encore santé, avec la volonté de faire émerger de bonne idées. Et ils le revendiquent. « On n’est pas des porte-étendards, on veut juste faire avancer le débat, mais on est engagé dans le sens où on prend volontairement le parti pris des solutions », affirme Anne Le Gall. « On n’est pas dans le politique, on met en avant des gens qui sont dans l’action, qui parlent de leur expérience », abonde Maxime Switek.

L’idée d’une émission longue liée à l’économie sociale et solidaire est venue de la direction d’Europe 1, mais le choix de ce duo ne doit rien au hasard. Maxime Switek, qui anime l’intégralité de la tranche du milieu de journée à partir de 12h30, et Anne Le Gall, qui fut longtemps en charge de la thématique santé sur Europe 1, ont tous les deux assuré la rubrique innovation à un moment de leur carrière. À présent, c’est l’innovation sociale et/ou écologique qu’ils mettent en avant, en donnant la parole à deux « grands témoins » chaque jour sur une thématique différente. À chaque émission, on peut également entendre le portrait d’une personnalité inspirante par la journaliste Cyrielle Hariel et un coup de projecteur sur un projet positif intitulé « Coup de main ». Sans oublier un reportage en région, réalisé par l’un des correspondants de l’antenne, et la présence de la chroniqueuse sans langue de bois Isabelle Saporta sur le plateau.

« Ce n’est pas le monde de oui-oui »

Quelques mois après le début de la saison, les deux journalistes affichent leur satisfaction. “C’était un vrai pari, mais, quand on voit les retours, notamment sur Internet, on se dit qu’on a visé juste. L’émission parle à tous les gens, se réfère au quotidien”, souligne Maxime Switek. “On séduit autant les plus jeunes que les plus âgés”, se réjouit Anne Le Gall. “Tout le monde se demandait comment on allait alimenter la machine, trouver toujours de nouvelles idées, mais, en fait, chaque sujet en appelle un autre”, remarque son collègue. “C’est une émission qui redonne le pouvoir, comme il n’y en a pas encore assez en France”, ajoute Anne Le Gall, qui parle de « journalisme d’impact ». Pour autant, rappelle Maxime Switek, “ce n’est pas le monde oui-oui. On n’est pas là pour dire que tout le monde est gentil, on parle aussi des problèmes.

Forcément, à force d’évoquer des tels sujets, les journalistes remarquent qu’ils en sont eux-mêmes impactés. “Tous les sujets résonnent en nous, il n’y a pas une émission où on repart sans y penser”, observe Maxime Switek, dont la famille est adepte du tri et de l’alimentation saine. Et d’ajouter : “Ce qui me frappe le plus, c’est d’entendre, parmi tous nos invités, des parcours de gens qui ont fait de grandes études, travaillé dans de grandes entreprises, et finalement ont changé de vie pour retrouver du sens.” Sa compère est clairement sur la même longueur d’onde : “Il n’y a pas une émission dont on ressort en se disant que ça ne nous concerne pas. L’avantage, c’est que ça donne plein d’arguments pour expliquer comment aller dans le bon sens, notamment auprès de mes jeunes enfants”, se félicite-t-elle. Pour les auditeurs aussi, Circuits Courts offre une mine d’informations variées, dont on peut profiter à l’heure qu’on veut, puisque l’émission est évidemment disponible en podcast.


Commentaires