À TABLE – À l’occasion de la sortie de sa 19e édition, avec son dossier consacré à la relation homme-animal, UP le mag donne la parole à ceux qui s’engagent pour réduire ou supprimer la présence de produits animaux dans leurs plats. Aujourd’hui, Jennifer Eric, créatrice du restau  végan My Kitch’n.

Jennifer Eric a créé, il y a 5 ans, à Paris, dans le 17e arrondissement,  l’un des premiers restaurants végans de la capitale, My Kitch’n.  Après une expérience professionnelle qui lui a permis de mettre de l’argent de côté, elle, qui, « depuis toute petite, n’a jamais aimé la viande », a voulu ouvrir son « coin de paradis ». Elle nous accueille dans son petit restaurant à la décoration pop, où aucun produit issu d’animal n’est servi. « La cuisine n’est pas quelque chose qui me motive au départ, mais j’ai été habituée à faire mes propres plats depuis mon plus jeune âge, lorsque je ne voulais pas manger ce que faisait ma mère », raconte-t-elle. Jennifer, auteure d’un livre de recettes et d’un ouvrage sur les protéines, espère que le véganisme ne restera pas une simple « tendance alimentaire utilisée par les grandes marques ». « Si on fait bien notre travail pour expliquer ce qu’il y a derrière, ça deviendra un vrai mouvement de société », affirme-t-elle.

Les burritos de My kitch'n

Les burritos de My kitch’n

À lire aussi : Les astuces de l’enseigne PUR etc. pour réaliser des plats sans viande

Chez My Kitch’n, la part belle est faite aux produits sains et nourrissants. « Il y a certaines personnes qui sont véganes mais ne mangent que des produits transformés ou frits, regrette Jennifer, ce n’est pas ce que je propose ici. » Sa carte évolue en fonction des saisons et des arrivages. Elle propose notamment, chaque jour, des smoothies, des spaghettis crudivores (légumes marinés pas du tout cuits) et un risotto de légumes. Elle mise beaucoup sur les épices et n’utilise jamais de sucre raffiné,  lui préférant des aliments naturellement sucrés comme des dattes ou des fleurs de jasmin. Attention, prévient la cuisinière, à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre. Car malgré ce que certains pourraient croire, tous ses plats sont très copieux et apportent assez d’énergie pour toute une demi-journée.

Cheesecake au chocolat, tangerine et physalis

Cheesecake au chocolat, tangerine et physalis

À lire aussi : Des plats traditionnels sans viande, c’est possible

Les astuces de cuisine végé de Jennifer :  

« La viande ou les produits laitiers sont comme une addiction pour les papilles, au début pour s’habituer à manger sain, je conseille de boire un jus frais, fait au blender, à la maison, chaque matin, avec des fruits et des herbes telles que de la menthe, de la coriandre ou du persil. Cela permet d’apporter au corps ce dont il a besoin pour faire passer l’envie de sucre. »

« Évitez tous les plats transformés et regardez bien les étiquettes : si vous ne comprenez pas, n’achetez pas. Je me méfie de tous les composants qui commencent par E et qui sont souvent différentes manières de désigner le glutamate. Cela est vrai pour tous les produits, même végans. Les laits végétaux, par exemple, je préfère les faire moi-même.»


Commentaires