EXTRAIT DU MAG – Accro au point de ne plus pouvoir se concentrer au travail, en famille ou avec des amis, certains utilisent des applications pour contenir leurs envies de consulter compulsivement leur smartphone. Les utilisateurs d’une de ces applis, Forest, nous ont livré leur point de vue.

À chaque époque ses nouveaux maux ! Aujourd’hui, sont dites « nomophobes » toutes les personnes qui se sentent anxieuses à l’idée d’être séparées de leur smartphone. Le mot vient de la contraction de l’expression anglaise « no mobile-phone phobia ». Et cette phobie est très répandue. Ainsi, 41% des Français affirment consulter leur smartphone au milieu de la nuit, 85% s’en servent en présence d’un proche et 40% des 18-25 le consultent dans les 5 minutes suivant leur réveil, hors activation et désactivation de l’alarme, selon une étude publiée par le cabinet Deloitte en 2016.

À lire aussi : Sous pression ? Pour éviter de craquer, méditez en pleine conscience

Pour certains, l’addiction est si inconfortable qu’il faut y trouver un remède. C’est là qu’apparaissent les applications qui servent à… bloquer les applications. Parmi elles, « Forest : stay focused » fait partie des plus utilisées. Le principe de cette appli est simple : vous la mettez en route pour une session de 10 minutes ou plus et sur votre écran apparaît un petit arbre qui pousse. Si durant ce laps de temps, vous tentez d’ouvrir une autre application, la croissance de l’arbre s’arrête. Le but est d’avoir la plus grande forêt virtuelle, avec tout un système de récompenses. (La version payante permet par ailleurs de contribuer à la plantation d’arbres réels via une association.)

une appli pour éloigner le smartphone

Pour un retour à la vraie vie

« Il me faut beaucoup de selfcontrol pour lancer l’application mais pour étudier, c’est très utile », affirme Joris, un étudiant d’une vingtaine d’années, parmi les utilisateurs internationaux de l’application que nous avons interrogé via Internet. Les étudiants addicts aux réseaux sociaux sont en effet parmi les cibles de l’application. « J’ai découvert Forest en téléchargeant des applications liées à mes études (planning, prise de notes etc…) », explique Bekha. « Je suis étudiante à l’université et je n’ai pas beaucoup de notifications à l’exception de quelques messages. Ce qui me déconcentre surtout, c’est cette tendance à attraper mon téléphone pour ouvrir n’importe quel média social et faire défiler l’écran. Cela m’arrive souvent quand je m’ennuie en classe », observe Elizabeth, qui a téléchargé Forest pour être « plus productive ». « Cela marche très bien car je suis perfectionniste donc je ne veux jamais interrompre la croissance de mes arbres ».

Mais les étudiants ne sont pas les seuls concernés. Micheal, par exemple, travaille dans la pub et utilise l’application pour ne pas être déconcentré par ses collègues. « Je suis souvent dérangé par différentes notifications, notamment Facebook. La plupart du temps, il s’agit de messages de collègues, donc c’est plus ou moins lié au travail, mais parfois, même si les autres veulent m’aider, je dois compter uniquement sur moi-même pour me concentrer et avancer », affirme-t-il. L’appli peut aussi être utilisée comme un moyen de garantir une vie sociale réelle. « Je mets Forest en route quand je suis avec des amis pour m’empêcher d’aller sur mon téléphone », confie Lizzie. Avec des résultats à la clé. « J’ai remarqué que je vais moins sur mon smartphone à présent, je n’ai plus le réflexe de l’attraper tout le temps », dit Elizabeth. « Cela m’a aidé à me concentrer sans avoir à planter d’arbre », dit également Erin. Le succès de l’opération de désintoxication repose in fine dans le fait de réussir à se passer…de l’application elle-même !

Cet article est extrait du numéro 18 de UP le mag, que vous pouvez acheter sur notre boutique.

Découvrez gratuitement d’autres articles de ce trimestriel :


Commentaires