INITIATIVE LOCALE – Vous avez envie d’un retour à la terre, de faire pousser vos légumes,  mais vous habitez en ville et n’avez pas de jardin ? Pas de problème. Le site collaboratif Adopte ma tomate né à Toulouse vous met en relation avec des jardiniers débordés, qui seront ravis de partager leur potager avec vous. 

D’un côté, il y a ceux qui ont un jardin, mais qui n’ont plus temps ou l’énergie de l’entretenir. De l’autre, il y a des citadins confinés dans des appartements rêvant d’un carré de verdure où ils pourraient faire pousser des légumes pour mieux manger et réaliser des économies. Et si la solution était simplement de créer un pont entre ces deux mondes ? Depuis quelques mois, c’est chose faite grâce à la start-up créée par Octavia Ivan dans la ville rose. Cette jeune femme de 35 ans a grandi dans un petit village près de Bucarest et a consommé durant toute son enfance des produits issus du potager de ses parents. Rien à voir avec les fruits et les légumes sans saveur vendus dans les supermarchés de Toulouse. Après avoir observé que de nombreux potagers urbains semblaient être abandonnés dans la ville, elle a un déclic. L’idée d’une plateforme collaborative s’impose dans son esprit.

Parmi les utilisateurs du site, il y a des personnes âgées qui n’ont plus la force physique de s’occuper de leurs jardins et des trentenaires qui n’ont pas les moyens d’acquérir une maison avec un potager. Alors, au final, ils s’entraident“, explique la fondatrice du site. Une inscription gratuite sur la plateforme permet de partager ses disponibilités et ses besoins. L’objectif est de créer des échanges durables sur le long terme. À Toulouse, 25 jardins ont repris vie grâce à ce type de mise en relation.

Une plateforme au succès inattendu

En ce moment, les gens préparent leurs semis. Ils les planteront après les dernières vagues de gel, dès le retour du printemps. Et, dans quelques mois, ils partageront leurs récoltes“, précise Octovia. Le site permet de faciliter les échanges de savoirs-faire, de se transmettre les bonnes pratiques et surtout de créer du lien entre les générations. 200 personnes se sont déjà inscrites sur le site pour partager leur potager ou proposer un coup de main. Un succès qui dépasse les frontières de Toulouse : “À notre grand étonnement, des habitants de Rennes, de Lille et de Nantes sont venus s’inscrire sur notre site”, se réjouit Octavia qui envisage de donner une dimension nationale à sa plateforme.

Adopte ma tomate ne se contente pas de créer des rencontres. Le site souhaite faire la promotion de l’agriculture urbaine. Pour cela, elle organise aussi des événements pour de sensibilisation pour les enfants. Un atelier parents-enfants sur la tomate s’est déroulé fin février. de quoi, peut-être, donner envie à leurs parents de se mettre à faire pousser leurs légumes. Le concept du co-jardinage pourrait bien s’imposer à une plus grande échelle. Octavia envisage de proposer  aux bailleurs sociaux, aux collectivités et aux copropriétés de rejoindre cette toute nouvelle communauté de co-jardiniers urbains.


Commentaires