EN BREF – 1 700 bénévoles ont dénombré, lors de la nuit de la solidarité, organisée dans la capitale, plus de 3 500 SDF dans les rues de Paris.

C’était une première dans les rues de Paris. Des habitants volontaires de la capitale, accompagnés par  des professionnels, ont parcouru, entre le 15 et le 16 février, les voies de la ville pour dénombrer les sans-abri qui passent la nuit à l’extérieur. 2 952 personnes ont été comptées, et ce, dans chaque arrondissement. C’est dans le Nord-Est que les SDF sont le plus nombreux – et plus particulièrement dans le 10e arrondissement (266).

Les partenaires de la ville en ont fait de même et ont calculé 738 femmes et hommes : 200 personnes ont été recensées par la SNCF dans les gares, 377 dans les stations de métro et de RER, 49 dans les services d’urgence des hôpitaux de l’Assistance publique, 112 dans les parkings gérés par Vinci. Si l’on compte le nombre de SDF mis à l’abri dans des gymnases et des salles de mairie, le chiffre total monte à 3 624 personnes.

Plutôt 5 000 sans-abri

Mais cette photographie en temps réel n’est pas un chiffre vraiment précis. “Tous les parkings n’ont pas été pris en compte, l’ensemble des cages d’escalier d’immeuble, notamment des bailleurs sociaux, (non plus). Nous n’avons pas réveillé les sans-domicile fixe, nous n’avons pas ouvert les tentes dans lesquelles il pouvait y avoir plusieurs personnes“, a expliqué le 21 février Bruno Julliard, le premier adjoint à la mairie de Paris. Sans compter les chantiers, où certains SDF peuvent aussi se réfugier. “Si on rajoute les personnes qui sont abritées pour les mois d’hiver, on est plutôt à 5 000“, d’après Eric Pliez, le président du Samu social.

L’idée d’une telle démarche est de trouver des solutions pour améliorer la prise en charge des personnes sans toit. En France, il n’existe pas de recensement officiel des SDF. Selon une étude de l’Insee, datant de 2012, il y avait 143 000 SDF, dont 28 800 adultes en Ile-de-France.


Commentaires