INITIATIVE – Éveiller les tout-petits au développement durable, c’est possible ! Dans la région Hauts-de-France, certaines crèches associatives s’y mettent et incitent les professionnels de la petite enfance à changer de pratiques.

Le programme Eco²crèche a débuté en 2012. À l’origine : la fédération de la région nordiste de l’Acepp, l’association des collectifs enfants parents professionnels (Colline Acepp), qui regroupe une cinquantaine d’établissements en fonction des années (à découvrir ici). Son intention est alors de sensibiliser les responsables des crèches, les parents et les moins de trois ans à la chose verte. Et, plus précisément, d’inciter les familles et les professionnels de la petite enfance à changer certaines pratiques.

En premier lieu, « on pousse les gérants à opter pour du mobilier durable », explique Sabine Lavoipierre, la chargée de mission du projet. Cela signifie que l’association encourage à « vérifier l’origine des matériaux, à orienter vers certains fournisseurs », ou, encore, à opter pour de l’achat d’occasion. Les établissements sont invités à “éviter les meubles en plastique, trop toxiques“, à privilégier le bois brut, sans colle ni vernis. « Mais ce n’est pas toujours évident, admet Sabine Lavoipierre, alors on leur propose d’aérer les nouveaux mobiliers quelques jours avant de les installer. »

“Les enfants aiment manipuler” les feuilles mortes

En outre, Colline Acepp incite les parents à s’échanger des articles de puériculture ou des habits pour petits : « On encourage les établissements à ouvrir un espace dédié au troc pour que les parents puissent déposer ce dont ils n’ont plus besoin et récupérer en échange des produits qui leur sont utiles.” Et ça ne s’arrête pas là : pères et mères sont encouragés à opter pour du covoiturage et à respecter le tri des déchets.

Et ça marche ? Les pratiques évoluent ? Les retours sont positifs, relève Sabine Lavoipierre : « Certaines crèches ont commencé à utiliser des couches lavables pour les enfants, à faire des commandes groupées entre établissements. » Par ailleurs, les responsables des établissements emmènent parfois les enfants à l’extérieur pour les sensibiliser à la nature. Dans les parcs, les petits récupèrent des feuilles mortes. « Ils aiment manipuler, ils sont curieux… » On leur apprend à planter des graines, et « les parents, qui sont attentifs à la santé de leur fils et/ou fille(s), en sont ravis ».

Le DIY dans les crèches

Colline Acepp organise également des formations et des ateliers pour sensibiliser. Des événements au cours desquels parents ou professionnels peuvent échanger les bonnes pratiques. Ensemble, ils sont amenés, en outre, à réfléchir à certains sujets et à formuler des recommandations. L’an dernier, l’association a sorti un guide pratique pour une bonne qualité de l’air avec des conseils sur l’aération, sur la ventilation et sur les manières de lutter contre les polluants comme les allergènes. Cela tombe bien : depuis le début de l’année, les écoles et les crèches se doivent de diagnostiquer la qualité de l’air intérieur…

À la fin du mois de janvier, l’association va former un groupe de travail sur les soins pour bébés, tant sur les crèmes que sur les couches ou les textiles et les lingettes. Le plan de bataille ? Des visites dans des établissements dont les responsables fabriquent, par exemple, leurs propres crèmes lavantes, sont prévues, avant de tirer quelques enseignements et de formuler certaines recommandations aux gérants des crèches. “Les produits naturels sont de plus en plus à la mode, mais certains professionnels, attentifs à la santé des enfants, peuvent ressentir certains craintes et ont encore davantage confiance en certains produits de supermarchés. » Et ce, au détriment des produits fabriqués à la main. À l’association de les convaincre du contraire !


Commentaires