EN BREF – Va-t-on vers une banalisation de la pêche dite électrique ? Des députés de la commission de la pêche du Parlement européen ont voté un amendement permettant une extension de cette méthode controversée et critiquée par Bloom. Les députés doivent maintenant se prononcer sur ce texte en séance plénière. Rendez-vous d’ici février 2018.

Pour Claire Nouvian, de l’ONG Bloom, citée par Reporterre, “les lobbies de la pêche industrielle ont gagné”. Le 21 novembre 2017, les 27 députés de de la commission de la pêche du Parlement européen se sont prononcés pour un amendement qui favorise une extension de la pêche électrique en Europe. Pour que le texte soit désormais applicable, il faut que les députés européens valident en séance plénière ledit amendement. Si c’est le cas, le nombre de chalutiers électriques pourra être multiplié. Plus précisément, 5 % de la flotte de chaque secteur de pêche pourront utiliser des techniques dites « innovantes », dont la pêche électrique, donc. En Mer du Nord, c’est déjà possible dans la partie sud, mais l’amendement propose de faire sauter la limite. Le vote en séance plénière devrait intervenir d’ici février 2018, écrit Reporterre.

Les Pays-Bas champions du monde

Interdite depuis 1998, des dérogations sont accordées depuis 2007 pour utiliser la méthode dans la partie sud de la Mer du Nord. Tous les états membres peuvent aujourd’hui demander une dérogation pour équiper au maximum 5 % de leur flotte de chaluts à perche, et uniquement ceux-là, de filets avec électrodes. Les Néerlandais sont ceux qui ont obtenu le plus de dérogations. Aujourd’hui, 84 chaluts sur les 304 chaluts à perche, que comptent les Pays-Bas, sont équipés de filets à électrodes, soit 27 % de sa flotte. Nous sommes bien loin des 5 % autorisés.

Selon Bloom, à l’origine d’une pétition pour en finir avec la méthode, « l’électrocution provoque souvent des hémorragies et la fracturation de la colonne vertébrale des poissons. C’est une hécatombe, poursuit l’ONG. Et personne ne connaît les effets du courant électrique sur les œufs, les juvéniles ou les espèces électro-sensibles comme les raies et les requins… »

Selon une tribune signée par un collectif sur Le Monde (dont le ministre britannique des pêches et de l’environnement entre 2010 et 2013), “La France s’est vigoureusement opposée à la pêche électrique en février dernier et a demandé à la Commission européenne de prendre une décision claire en vue de son interdiction“.


Commentaires