Chaque étudiant le sait, le budget alimentation peut représenter un gros effort. Mais il y a des solutions pour dépenser moins… tout en achetant de bons produits. En la matière, certaines tendances de consommation, loin d’être un truc de bobo, peuvent être bonnes à adopter. Mode d’emploi.

À bas la surconsommation ! Vive le vrac !

L’idée, tout d’abord : revenir à l’essentiel et éviter de se rendre dans un commerce quand on a faim. C’est toujours déconseillé, car c’est à ce moment-là que l’on achète des articles de façon compulsive et en quantité excessive.

C’est vrai qu’il existe des applications mobiles permettant de ne pas oublier les mets et les produits dans le frigo, mais la meilleure solution, pour tout manger dans les temps, consiste encore à ne pas trop acheter à chaque fois.

Le meilleur moyen de se procurer le strict nécessaire ? Aller dans un commerce proposant des ingrédients en vrac. Munis de sacs en toile et de bocaux en verre, vous repartirez avec la quantité voulue de produits. Pratique pour réaliser certaines recettes, pour lesquelles vous n’avez besoin que de quelques grammes de noix de coco râpées par exemple.
Intérêt supplémentaire : vous jetterez moins d’emballages en plastique et éviterez les surplus.

Acheter ainsi n’est pas forcément plus cher, et les grandes surfaces et supermarchés s’y mettent. Le dernier en date : Franprix, qui a lancé une série de magasins Franprix Noé proposant davantage de vrac et de bio. Les deux premiers espaces ont été ouverts à Paris. Les boutiques bio, par ailleurs, possèdent aussi leur espace « vrac » pour les céréales, les fruits secs ou les légumineuses. Par ailleurs, des boutiques se sont spécialisées dans la distribution de produits en vrac, à l’instar du réseau d’enseigne Day by day ou certains commerces comme La Recharge à Bordeaux qui proposent des produits tant salés que sucrés.

Zéro déchet, do it yourself

On jette souvent, par habitude, les restes des légumes, les fanes de radis ou de carottes, alors qu’ils peuvent servir : oubliez les bouillons et les soupes toutes faites, conservez les épluchures en vue de cuisiner votre propre plat ou sauce d’accompagnement.

En outre, une banane un peu noircie par le temps peut être consommée autrement : il est possible de l’appliquer sur le… visage « comme un masque » pour l’adoucir. Quant à l’avocat filandreux, il peut être étalé sur les cheveux. C’est « un masque capillaire réparateur et nourrissant », écrit Aline, une étudiante en environnement et bloggeuse. Le citron et les autres agrumes consommés peuvent servir de produits d’entretien lavant. Vous pouvez aussi éviter d’acheter des produits de beauté et les fabriquer vous-même. Par exemple, votre déodorant… et ce, à partir de cuillerées de bicarbonate de soude alimentaire et d’huile biologique de noix de coco.
Forcément, cela nécessite de dégager du temps pour se mettre un peu plus aux fourneaux.

Lectures pratiques conseillées :

  • Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire (cuisine, jardin, beauté, soins) de Marie Cochard, ed. Eyrolles, mai 2016
  • La cuisine Zéro déchet, Stéphanie Faustin, ed. Rue de l’échiquier, mai 2017

Circuits courts

Moins dépenser, c’est aussi mieux rémunérer le producteur, sans passer par tout un tas d’intermédiaires, qui « gonflent » le prix final des denrées alimentaires. En achetant directement auprès d’un maraîcher, vous permettez de limiter les coûts sans forcément y perdre en pouvoir d’achat. De plus en plus de commerces proposent des fruits et des légumes livrés directement après avoir été ramassés dans les champs. Et il n’y a pas que les Amap, La ruche qui dit oui ou les jardins de Cocagne (les potagers en chantiers de réinsertion)…

Dans les grandes villes, les offres ne manquent pas pour manger local, et soutenir les circuits courts. À Paris, par exemple, les consommateurs peuvent se rendre à Au bout du champ ou à Kelbongoo, voire commander sur le site web Le comptoir local (pour se faire livrer à domicile des produits franciliens)… Rendez-vous aussi sur Yes we green qui répertorie les bons spots locavores sur tout le territoire.
 


 

Commentaires