L’association Recherches et Solidarités explore dans une étude, parue cette année, ce qui pousse les Français à donner un peu de temps pour les autres.

Les bénévoles sont des forces essentielles pour les associations. Mesurer l’engagement des Français est aussi une manière d’en savoir un peu plus sur notre société. Après avoir fait en 2016 un état chiffré de l’engagement, l’association Recherches et Solidarités s’intéresse, cette année, aux motivations de ceux qui sont prêts à donner un peu de leur temps pour les autres, dans une étude qui vient d’être révélée par le quotidien La Croix.

Qui se bouge ?

Quelques repères, d’abord, sur l’engagement des Français. Selon l’étude de 2016 de Recherches et Solidarités, on estime qu’il y a 13 millions de bénévoles présents dans au moins l’une des 1 300 000 associations aujourd’hui actives en France. Un chiffre en hausse par rapport à 2010 et 2013, en particulier chez les hommes  (23 % d’entre eux étaient bénévoles en 2010, ils sont 27 % en 2016) et les générations de moins de 50 ans.

La part de bénévoles donnant du temps à une association augmente avec l’âge : elle est de 21 % chez les moins de 35 ans, 25 % chez les 35-49 ans, 22 % chez les 54-64 ans, et 35 % chez les plus de 65 ans. Les plus âgés sont également plus nombreux à s’investir dans plusieurs associations, de 6% des Français de moins de 35 ans à 17 % pour les plus de 65 ans. Les secteurs qui attirent le plus sont le social caritatif (6,7 % des Français), le sport (6,1 %), les loisirs (5,2 %), la jeunesse et l’éducation populaire (4,4 %) et la culture (4,3 %).

À lire aussi : Un site pour aider les associations près de chez vous

Pourquoi ils se bougent ?

Quelles sont, alors, les motivations de ces Français pour s’investir ? C’est avant tout l’envie d’être « utile à la société et agir pour les autres », selon 77 % des bénévoles interrogés pour l’étude en 2017. Viennent ensuite, loin derrière, l’envie d’« agir de façon concrète » (50 %), pour des motivations qu’on pourrait qualifier de « pour soi », telles que : lier des relations avec les autres, donner du sens à son quotidien, acquérir et développer des compétences, appartenir à une équipe et exercer une responsabilité…

À lire aussi : Les « Tables du Ramadan » : ma soirée avec les bénévoles du Secours Islamique (Respect Mag)

Le plus souvent, ce qui déclenche l’engagement est le fait d’avoir plus de temps disponible – c’est le cas de 30 % des personnes bénévoles en moyenne, ou encore l’invitation d’un proche (25 %). Mais l’engagement vient également, dans près de 20% des cas, de la réaction à un problème local ou soudain. « Nous sommes ici dans la relation de proximité, tellement précieuse dans un quartier ou dans un village, et nous constatons cette volonté d’agir croissante, de la part des citoyens », note les auteurs de l’étude.

Autre élément positif souligné par l’étude : les jeunes sont très motivés. 23 % des moins de 35 ans exprime l’envie de responsabilités plus importantes. De plus, les nouveaux venus dans une association sont souvent très investis : 70 % d’entre eux interviennent souvent plusieurs heures par semaine. «  Ils sont de tout âge et ne ressemblent en rien à cette génération dite « zapping », qui passerait d’un engagement à l’autre pour des missions qualifiées de « post it », repositionnables d’une association à l’autre », écrivent les auteurs de l’étude.

Magazine UP le mag n°15Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “5 pistes pour devenir bénévole” dans la 15ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires