L’économie circulaire, tout le monde s’y met, y compris les professionnels de la construction, qui essayent de trouver un moyen pour recycler davantage les granulats, avec le projet Recybéton.

Chaque année, 260 millions de tonnes de déchets du BTP (Bâtiments/Travaux Publics) sont produits en France, et la majorité des gravats ne sont pas recyclés. “La part de granulats (fragments de roches qui permettent de concevoir des matériaux dans le BTP, ndlr) recyclés est estimée à seulement 10% de la production nationale totale de granulats“, explique la filière. C’est très peu, surtout comparé à d’autres pays, comme l’Allemagne, le pays à la pointe du recyclage.

La loi de transition énergétique, portée par Ségolène Royal, s’est donnée un objectif : valoriser 70 % des déchets du BTP à l’horizon 2020. En 2015, la ministre de l’Écologie disait, sur lemoniteur.fr, souhaiter « densifier le territoire en sites de collectes de déchets du BTP : les distributeurs de matériaux à destination des professionnels auront l’obligation de reprendre ces déchets sur leurs points de vente, poursuit-elle. Cela permettra à la fois de réduire les dépôts sauvages et d’avoir des flux suffisants pour qu’il y ait un intérêt à les valoriser. »

À lire aussi : Avec Yoyo, gagnez des cadeaux en recyclant vos déchets

Des chantiers tests

C’est en tout cas le constat dressé par des professionnels du secteur du BTP, qui ont lancé le projet Recybéton (“le RECYclage complet des BETONs”), un programme de recherche (soutenu par le ministère de l’Environnement) de cinq ans, entre 2012 et fin 2017. Et ce, via une association, Irex pour Institut pour la recherche appliquée et l’expérimentation en génie civile. Le but de l’opération est de trouver des solutions pour valoriser les déchets du béton, réutiliser le béton déconstruit et ce, afin de fabriquer du ciment. Sans oublier d’optimiser l’utilisation des ressources naturelles telles que l’eau. Pour accompagner cette recherche, plusieurs chantiers ont été démarrés, notamment en région lyonnaise et parisienne, que ce soit pour installer des dalles sur un parking, aménager un trottoir ou une partie de rue.

Et les résultats semblent intéressants. « On peut, en utilisant des granulats recyclés, fabriquer des bétons qui répondent aux exigences des constructeurs en termes de tenue mécanique, de durabilité, de durée de vie des structures et de bon comportement à l’incendie », explique les porteurs du projet lors d’un colloque organisé le 9 mars, rapporte lemoniteur.fr.

À lire aussi : Recycler au bureau c’est possible !

“Dégradation de performances”

Le même article évoque une idée que Recybéton soumet : utiliser plus de granulats et de bétons recyclés. Actuellement, « une norme NF EN 206-1/CN, publiée en décembre 2012, autorise, dans le secteur du bâtiment, 20 % de substitution de gravillons naturels par des gravillons recyclés dans des bétons soumis à des classes d’expositions courantes. » Les recherches vont prendre fin en décembre prochain, les initiateurs dévoileront, promettent-ils, de nouvelles solutions et les résultats définitifs des chantiers.

Dans une usine de fabrication de matériaux de construction, à Gennevilliers, Recybéton a incorporé 30 % de sables et et de granulats recyclés. Selon Patrick Dantec, consultant en ingénierie, questionné par Batiactu, “le béton présente les propriétés attendues, avec une baisse de résistance de l’ordre de 10 % ». Recybéton a construit un pont-cadre au niveau d’un tracé de contournement d’une ligne grande vitesse entre Nîmes et Montpellier et, d’après le spécialiste, “il n’y a aucun défaut mis en évidence au bout de 2 ans” ; et ce, « malgré la légère dégradation des performances liée aux 20 % de gravillons recyclés ».

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Du bois dont on fait des emplois dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires