En Allemagne, une association finance un revenu de base destiné à plus de 70 personnes. Les heureux élus, tirés au sort, gagnent 1 000 euros par mois pendant un an. Mais comment y parvient-elle ?

« Avec un revenu de base, je pensais cultiver ma fainéantise, me reposer. Mais rien ne s’est déroulé comme prévu, poursuit Michael. Je me sens libre, insouciant, j’ai des idées plein la tête, cela permet de m’engager bénévolement, d’être un meilleur père, de vivre plus sainement… »

UP le mag ne fait pas de politique fiction et n’imagine pas la France au lendemain d’une éventuelle élection de Benoît Hamon, le candidat du revenu universel. Nous sommes bien en 2017. Direction : Berlin, où Michael, 32 ans, s’attarde sur les bienfaits de sa rétribution régulière non conditionnée à un emploi. Il a quitté la startup qu’il a fondée et perçoit des bénéfices, écrit Le Monde. Pour que d’autres expérimentent comme lui le revenu de base, il a décidé de créer l’association Mein Grundeinkommen (Mon revenu de base, en allemand). La structure, histoire de financer tout ça, ne cherche pas d’argent auprès du pouvoir politique. Mais elle lance des campagnes de crowdfunding.

À lire aussi : Primaire de gauche : quel projet pour une société durable ?

Tout le monde peut s’inscrire

Dés que l’objectif de 12 000 euros est atteint, l’association tire au sort la personne qui gagnera 1 000 euro par mois pendant un an (une somme non imposable). Pour y participer et avoir une chance d’obtenir le gros lot, il suffit de s’inscrire au préalable sur le site Mein Grundeinkommen. C’est sans condition : on peut être mineur ou majeur, allemand ou étranger, pauvre ou riche. Et surtout, pas besoin de participer à la campagne de crowdfunding pour être candidat au revenu de base. Pour l’instant, 77 personnes ont d’ores et déjà été choisies grâce aux dons de 47 860 personnes.

Pour quel utilité ? L’association demande à tous ce qu’ils feraient s’ils bénéficiaient de ce complément de revenu. Parmi les vainqueurs, Robin, un garçon de 9 ans inscrit par sa mère, explique, dans une vidéo et non sans sourire, qu’il « peut s’acheter des livres », qu’il est « riche ». Avant d’ajouter : « De nombreuses personnes ont des talents ; certains savent construire, d’autres cuisiner » et cela les incitera à s’y mettre. Il estime aussi que certaines personnes, dans le besoin, préféreront “économiser“.

À lire aussi : Qui est la candidate citoyenne de la Primaire.org ?

Ouvrir le débat

Un autre gagnant renchérit : “Cela inciterait les gens à faire des choses qui leur plaisent” pour au final… “mieux travailler”. Une troisième personne, reconnaissante, écrit sur le blog de l’association, avoir rénové sa maison, et fait “construire une terrasse“.  Une internaute se met à rêver : si elle avait 1000 euros de plus chaque mois, elle dépenserait davantage pour “protéger les animaux, paierait ses dettes et vivrait de manière plus sereine, remarquant qu’ il lui reste encore de l’argent en milieu de mois“.

Chacun ses objectifs, chacun ses envies. Celui de l’association ? Expérimenter l’outil pour ouvrir le débat de société sur l’instauration d’un revenu universel, comme l’explique une vidéo de présentation sur le site. Le journal gratuit 20 Minutes a demandé l’avis de l’équipe de campagne de Benoît Hamon, qui concourt à l’élection présidentielle. Le candidat du PS défend cette idée, alors forcement, la réponse est positive : « C’est une belle expérience par sa dimension citoyenne et participative, explique une porte-parole. Cette expérimentation permet de voir que ça fonctionne et comment les gens l’utilisent. » Une initiative qui pourrait s’exporter en France ?

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Budget participatif : les citoyens vraiment aux commandes ? dans la 14ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 3 Avis

Commentaires