La plateforme Meetup fédère les gens passionnés autour d’activités variées. Culturelles, connectées, sportives ou tout simplement festives, tout le monde peut y retrouver ses occupations préférées. Un excellent moyen pour chasser la solitude.

Les réseaux sociaux semblent peu à peu prendre le pas sur nos interactions sociales. Selon We are social Singapore, une agence digitale spécialisée dans le secteur, plus de 2 milliards d’habitants sont « très actifs » sur les médias sociaux. En France, une personne passe en moyenne une heure vingt de son temps sur ces plateformes.

Créé par Scott Heifermann, Matt Meeker et Peter Kamali en 2002, le réseau social Meetup a pour ambition de fédérer des communautés dans une même ville réunissant les mêmes passions. Scott Heifermann était parti du constat qu’il n’existait pas de réseau social où les gens « partagent des choses ». Dans une interview parue en 2012 sur le site L’Opinion, Scott Heifferman ajoutait que « Facebook réunissait les 100 personnes importantes de votre vie, Twitter les 100 profils que vous avez envie de suivre et LinkedIn les 100 individus importants de votre vie professionnelle ». À l’aune de son 15ème anniversaire, Meetup présente un bilan plus qu’honorable. Rien qu’en France, ce sont plus de 2 000 communautés Meetup qui se sont formées autour d’intérêts aussi divers que le big data, le sport, l’univers étudiant ou encore la musique.

À lire aussi : Salariés, engagez-vous 

Accompagner la réussite

Le site est gratuit et sans publicité. Il suffit de s’inscrire en renseignant les informations de base (nom, âge, sexe, localisation) pour avoir accès à des groupes déjà existants. Vous n’aurez plus qu’à choisir selon vos affinités ! Vous pouvez aussi créer votre propre Meetup, en modifiant votre ville et en indiquant vos centres d’intérêt. La plateforme se rémunère via une cotisation annuelle allant de 5 à 12 € demandée aux organisateurs de rencontres.

Un rassemblement de "Meetupeurs" / Crédit : Flickr - Tim Dorr

Un rassemblement de “Meetupeurs” / Crédit : Flickr – Tim Dorr

Julia, une social media manager, a tout de suite vu les bénéfices humains apportés par Meetup. Cette coresponsable de l’Anticafé, un mélange entre un lieu de coworking et un bar, s’est inscrite sur Meetup pour « promouvoir les événements organisés à l’Anticafé auprès des membres de cette plateforme, amateurs de sorties et de découvertes ». Après avoir délaissé Meetup au profit de leur propre site de l’Anticafé, Julia s’est vite rendu compte que les résultats « n’étaient pas les mêmes »« Nous n’avons pas pas bénéficié de la grande communauté qu’on a rassemblée sur ce réseau et de l’aspect “découverte” auprès d’une cible qualifiée », ajoute la responsable.

À lire aussi : Welp, l’appli qui simplifie le bénévolat

Les événements abrités au sein de ces Anticafés sont symboliques de la démarche Meetup : faire se rencontrer des personnes motivées à se lancer dans des projets. Citons par exemple cette Social Good Week, dont la dernière édition a eu lieu du 30 novembre au 6 décembre, qui prodigue des « conseils aux futurs entrepreneurs » ayant « peur de se lancer ».

Voici un Meetup organisé… au Mexique !

up71Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “La mobilisation en ligne change le monde” dans la 7ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires