Mieux comprendre, mieux prévenir, mieux prédire, voici le triptyque des possibles qu’offre le big data au secteur de la santé. Ces promesses tendent à se concrétiser à la mesure des progrès technologiques, lesquels permettent aujourd’hui de récolter avec une facilité déconcertante d’innombrables données diagnostiques, pronostiques et thérapeutiques sur le patient, mais aussi sociologiques et économiques.Traitées et analysées de manière sécurisée et éthique, ces données pourraient bien révolutionner le secteur médical, en apportant une compréhension inédite des grandes maladies du XXIe siècle, mais également en bouleversant les méthodes de travail appliquées à la recherche. Epidemium, impulsé par les laboratoires Roche et le bio hackerspace la Paillasse et à l’initiative du Challenge4cancer, en est l’une des manifestations les plus éclatantes. Dans le cadre de la11ème Journée provençale de la santé humanitaire, les UP Conferences sont heureuses de convier à la tribune Olivier de Fresnoye, coordinateur de Epidemium, et de dévoiler avec lui ce à quoi pourrait ressembler l’avenir de la recherche médicale.

On estime aujourd’hui que 40% des cancers pourraient être évités par des modifications de nos modes de vie et dans notre environnement. Epidemium fait le pari que, plus que de prévenir, il sera bientôt possible de prédire des cancers en capitalisant sur les opportunités nouvelles que représentent les Big Data et l’Open Science. Premier programme de recherche participatif en épidémiologie, ou étude des facteurs influant sur la santé et les maladies, Epidemium souhaite ouvrir les portes de la cancérologie au plus grand nombre, convaincu que la transdisciplinarité et l’intelligence collective peuvent donner un nouvel élan à la recherche. Cette initiative se concrétise principalement par le Challenge4Cancer, « data challenge » étendu sur 6 mois, dont l’objectif pour les équipes pluridisciplinaires mobilisées est d’élaborer des modèles prédictifs en épidémiologie du cancer à l’aide des données ouvertes et des outils technologiques mis à leur disposition. Alors que la première édition s’est clôturée en mai 2016, la pertinence des projets gagnants parmi lesquels Baseline, qui vise à modéliser l’incidence et la mortalité du cancer à partir d’un grand nombre de facteurs risques, et CancerViz, un outils de visualisation des données, laisse entrevoir de nouvelles perspectives à la recherche médicale. Thomas Landrain, fondateur de La Paillasse, dit d’ailleurs à ce sujet « À l’ère de l’intelligence collective et décentralisée, il n’y a pas de monopole pour les grandes idées. Epidemium ne s’est pas construit de manière scientifique classique mais sous la forme d’une initiative collaborative qui ouvre à énormément de perspectives et pourrait être à l’origine d’un nouveau modèle scientifique.»

Olivier de Fresnoye se place au cœur de cette nouvelle approche de la recherche médicale, en tant que coordinateur du projet Epidemium. A l’occasion de la 11ème Journée provençale de la santé humanitaire, et dans le cadre des UP Conferences, il viendra témoigner de l’extraordinaire potentiel que représente la conjugaison entre Big Data et intelligence collective en la matière, et dessiner ainsi les contours de la médecine de demain.

> Intervenants

  • Olivier de Fresnoy – Coordinateur Epidemium

> Informations pratiques 

Vendredi 18 novembre 2016 (16H00 – 17H30) – Faculté de Médecine – Timone (Marseille)

Inscription gratuite mais obligatoire 


Commentaires