À l’occasion du mois de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), UP le mag vous propose un tour d’horizon des différentes formations utiles pour apprendre à changer le monde.

2 370 301 salariés, 7 % des salariés… L’économie sociale et solidaire progresse dans le paysage économique français et de plus en plus de grandes écoles, d’organismes privés ou d’universités proposent des formations transversales de l’ESS, à tout type de public, porteur de projet. Qu’il soit diplômé ou non, qu’il reprenne ses études en vue d’une reconversion ou pas, chacun peut trouver la formule qui lui convient. Et c’est tant mieux : une majorité des 18-29 ans souhaiteraient créer ou reprendre une entreprise et pensent que celle-ci peut jouer un rôle positif dans la transformation de la société.

À lire aussi : Vrai/faux : ce que vous savez (ou pas) de l’ESS

1. Choisir un métier qui a du sens… à 20 ans

De plus en plus de jeunes s’orientent, après les études, vers l’emploi à fort impact sociétal et écologique. Les grandes écoles proposent des formations sur mesure, comme l’ESSEC ou HEC. Un peu partout en France, tant en région parisienne (Marne-la-Vallée) qu’ailleurs (Aix-Marseille, Avignon, entre autres), de nombreuses universités ont suivi. Elles ont mis en place des cours spécialisés pour apprendre à créer des entreprises innovantes. L’idée : que les futurs acteurs du changement acquièrent des compétences dans tous les domaines liés à l’entrepreneuriat social.

À noter : Paris-Dauphine – en partenariat avec le groupe SOS (qui édite UP le mag) propose un diplôme “Business Management : parcours entrepreneur social“.

 2. Préférer la voie du bénévolat

Des formations existent aussi pour ceux pour qui le bénévolat a du sens (par exemple, à l’université de Reims ou via le Conservatoire national des arts et métiers, le CNAM, dans plusieurs villes). La démarche consiste à sensibiliser les collaborateurs pour qu’ils apprennent à décider “autrement”, ou encore, à faire le point sur leur expérience au sein de l’ESS.

3. Apprendre à changer le monde, en ligne

Vous souhaitez changer de voie et l’ESS vous a convaincu, mais vous n’êtes disponible qu’en journée ? Une solution s’impose : dénicher des moocs, ces cours gratuits et en ligne, sous forme de vidéos. Ils ont le vent en poupe. Le groupe SOS propose d’ailleurs une série de mini-films incitatifs.

La plupart des moocs mettent à disposition des quiz pour tester vos connaissances acquises. Ils permettent de délivrer, en cas de succès, des certificats. HEC, avec Ticket for change, “Devenir un entrepreneur du changement”, ou encore l’ESSEC  et son “Changer le monde”, ont sauté le pas pour leur réseau d’étudiants respectifs. Le but du jeu : vous inspirer, découvrir votre potentiel, améliorer votre projet, puis savoir le financer, sans oublier de vous donner les bases pour réussir un business plan.

À lire aussi : des conseils pour monter votre start-up

4. Entamer une reconversion

Vous travaillez ou êtes demandeur d’emploi, mais vous souhaitez changer d’orientation, et vous lancer dans une activité qui a un impact sur la société ou sur la planète ? Des organismes, publics ou privés, des universités ou des écoles, vous invitent à vous inscrire à leurs cursus. Vous y suivrez des cours pour apprendre à gérer des projets dans les entreprises de l’ESS et à vous occuper des ressources humaines. En somme, on vous inculquera des notions d’entrepreneuriat, utiles dans la démarche de création et de gestion d’association, de coopérative ou d’entreprise de l’ESS.

Découvrez des formations près de chez vous en fonction de vos envies et besoins sur le site EnSSemble.org.

up71Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Comment apprendre autrement” dans la 7ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires