LA QUOTI DU SAMEDI – Parce que de nombreuses solutions locales méritent d’être mises en lumière, UP le mag crée un nouveau rendez-vous. Tous les samedis, retrouvez un focus sur une initiative solidaire et durable… en région !


Dans la famille des initiatives anti-gaspi, je demande la petite dernière : Meet ZE Chef. L’idée ? Mettre en relation, via une plateforme en ligne, les gens qui ont un petit creux et ceux qui ont trop cuisiné.

Et si chacun partageait ses parts en trop pour éviter de les jeter ? Laurence Kerjean, cofondatrice de Meet ZE Chef raconte : « Avec mon mari, ça faisait longtemps qu’on voulait faire quelque chose qui compte. Je suis passionnée de cuisine et on est tous les deux dans la tech. Alors on s’est demandé pourquoi la tech ne servirait pas à rapprocher les gens et à avoir un impact positif. En voyant le gaspillage alimentaire autour de nous, on s’est dit que c’était ça la chose à faire ».

L’idée émerge en 2014 au bord d’une piscine. Elle fait son chemin petit à petit jusqu’au lancement de la première version en avril dernier. Sa mission : réunir ceux qui ont faim et ceux qui ont une part en trop grâce à des outils web et notamment un système de géolocalisation. Son objectif : réduire le gaspillage alimentaire et venir en aide à ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois.

À lire aussi : Les bons petits plats de mamie… au travail !

Des plats gratuits ou presque

Car si Meet ZE Chef est bien une société et non une association, l’idée n’est pas de prendre une commission sur des parts à 15 euros. La plupart des échanges sont 100 % gratuits et suivent une logique de don. Pour les autres, le montant ne dépasse pas un euro, auquel s’ajoute une part pour la plateforme. « Le but de la plateforme c’est l’anti gaspillage. Ce n’est pas une plateforme qui est faite pour s’assurer un revenu supplémentaire », assure Laurence Kerjean. « En France, 4 millions de personnes ne mangent pas à leur faim alors que 35% des repas sont jetés chaque jour, s’indigne-t-elle, sur ces 4 millions, ce ne sont pas que des SDF. Il y a des étudiants, des travailleurs précaires et des retraités qui ont du mal à joindre les deux bouts ».

Mais si nous sommes enclins à récupérer des meubles par exemple, en est-il de même avec des denrées alimentaires ? Comment vérifier que les mesures d’hygiène élémentaires sont bien respectées ? « La première garantie, c’est que les gens ont cuisiné pour eux-mêmes, donc, à priori, ils n’ont pas prévu de s’empoisonner eux-mêmes, répond la cofondatrice, ensuite, on a mis en place un système de notation. C’est ce qu’on appelle une plateforme de confiance. Aujourd’hui les gens ont l’habitude avec les Airbnb, les Blablacar et compagnie ».

À lire aussi : Une agence pour le don en nature

Une initiative en plein démarrage

Aujourd’hui, un peu moins de 1 000 personnes sont inscrites sur le site. Le concept, tout jeune, a vu environ 350 personnes mettre leurs plats à disposition et près d’une centaine d’autres venir les chercher. Le gros de ces partages se concentre, pour l’instant, à Paris mais il existe quelques réseaux Meet ZE Chef dans une douzaine d’autres villes, comme Clermont-Ferrand, Lille et Marseille. « Comme je le dis tout le temps, il suffit d’être deux dans une même ville ou un même quartier pour que les échanges commencent », estime Laurence Kerjean.

Grâce au succès, le 18 octobre dernier, d’une campagne de financement participatif sur Ulule, où plus de 23 000 euros ont été collectés, Meet ZE Chef va lancer des applications pour IOS et Androïd. « Le principal projet est aussi de faire en sorte que ça prenne quartier par quartier et qu’on ait un maximum d’utilisateurs, prêts à offrir et à venir chercher des plats, et qui utilisent le site de façon récurrente », poursuit la cofondatrice, persuadée qu’il y a, aujourd’hui, une prise de conscience du gaspillage alimentaire et une vraie envie de faire la différence.

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Quelle cuisine pour vivre longtemps ? dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


Commentaires