Se servir du digital pour permettre plus de mobilité physique en recréant du lien social, c’est l’objectif ambitieux de Faciligo, une plateforme montpelliéraine d’accompagnement de trajet pour des personnes à mobilité réduite.

En France, près de 5 millions de voyageurs ne prennent plus le train par manque de solutions d’accompagnement. Parmi eux, des personnes en situation de handicap ou des seniors dont le nombre a doublé entre 2008 et 2016, passant de 9 à 18 millions, selon les chiffres de l’INSEE. L’urgence de trouver une solution pour accompagner ces personnes à mobilité réduite s’impose donc de plus en plus.

À lire aussi : Recherche compatriote pour un voyage à l’étranger

Voyage, voyage (intergénérationnel)

Un constat que partage Hind Emad, la fondatrice de Faciligo, une startup qui met en relation des voyageurs à mobilité réduite et des voyageurs autonomes. « J’étais à la recherche de solutions d’accompagnement, et j’ai constaté que les services qui existaient étaient rares et très coûteux », affirme-t-elle.

La startupeuse s’est inspirée des plateformes de covoiturage pour élaborer son application, « qui consiste tout simplement à faire covoyager deux personnes dans tout type de transport, que ce soit le train, l’avion, le tramway ou encore le bus ». Le but est de rendre autonomes des personnes habituellement accompagnées d’aidants.  Faciligo développe ses services à destination des transports urbains dans la métropole de Montpellier, notamment grâce à un partenariat avec la SNCF. 200 utilisateurs se rendent régulièrement sur la plateforme.

À lire aussi : Le babysitting collaboratif en train et en avion 

Prendre le train de l’économie sociale et solidaire

Les personnes à mobilité réduite ainsi que leurs proches postent leur demande d’accompagnement sur le site, sélectionnent la personne avec qui ils veulent voyager et procèdent ensuite au paiement en ligne. Au bout de dix accompagnements, les accompagnateurs peuvent reverser le contenu de leur cagnotte à une association ou une œuvre solidaire. Pour un trajet en train ou en avion, l’accompagnateur fait une économie dans son achat de billet, dans la mesure où 30 % de son prix est pris en charge par l’accompagné. Mais surtout, c’est pour le voyageur autonome une façon de créer du lien social et solidaire, et plus globalement d’être utile à la société. En outre, le site propose un suivi du trajet de l’accompagné. Il suffit que celui-ci indique une personne à contacter parmi ses proches.

Hind Lemad et Anne Lesire, respectivement fondatrice et membre de Faciligo / Crédit : Faciligo (page Facebook)

Hind Lemad et Anne Lesire, respectivement fondatrice et membre de Faciligo / Crédit : Faciligo (page Facebook)

« Avec l’apparition de concepts innovants comme Blablacar, notre démarche paraît plus évidente aujourd’hui qu’il y a quelques années », reconnaît Hind Emad. En toile de fond : l’économie collaborative et la place de plus en plus importante qu’elle occupe dans notre société. Ce type de consommation permet à tout un chacun de louer, donner, partager un bien ou un service. Selon le cabinet d’audit PWC en partenariat avec le Ministère de l’économie et le magazine Forbes, 9 français sur 10 déclarent avoir déjà réalisé au moins une fois une pratique de consommation collaborative. Pour l’heure, Faciligo développe son application mobile, qui verra le jour au printemps 2017.

La présentation de Faciligo en vidéo : 

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Handicap : la technologie de l’espoir” dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires