La robotique dans la santé, ce n’est pas seulement la chirurgie ou l’assistance physique. En France, le projet de robot Leka s’attaque aux troubles neuro-développementaux et promet d’aider les enfants autistes dans leur développement.

160 000 enfants sont atteints d’autisme en France. Sous différentes formes et à différentes échelles, ces jeunes font face à des troubles de comportement et des difficultés à interagir avec autrui et leur environnement, en raison d’une hypersensibilité d’un ou plusieurs de leur sens. Pour les parents, éducateurs ou enseignants, il s’agit de trouver des solutions pour améliorer leur communication et leurs capacités motrices.

Spot de présentation de Leka (en anglais)


La robotique pourrait avoir son rôle à jouer face à ses troubles. Les équipes du projet de robot Leka en sont, en tout cas, convaincus. Elles ont imaginés un compagnon de forme ovale, qui guide l’enfant autiste à l’aide de pictogrammes, d’un timer et d’encouragements vocaux. Ses différents stimulateurs (lumières, sons, vibrations, expressions…) sont également utilisés pour des activités ludiques et pédagogiques d’aide au développement.

À lire aussi : Les robots, futur de l’agroécologie ?

Un objet qui se veut accessible

L’idée est née en 2011 et l’entreprise a été montée en 2014. « Quand nous nous sommes lancés, il existait déjà des projets de robots liés à l’autisme, mais ils étaient humanoïdes, généralement très chers et difficiles à comprendre. Nous avons voulu prendre le contre-pied de cela, faire quelque chose de beaucoup plus simple et accessible », explique Ladislas de Toldi, co-créateur de Leka, ingénieur en biotechnologie de formation.

Leka a été développé avec les conseils avisés de parents, professionnels et  comité d’experts scientifiques. Ses applications sont basées sur des méthodologies comportementales et cliniques majoritairement utilisées en France et aux États-Unis. « Le robot n’est pas là pour remplacer l’humain qui accompagne l’enfant, mais favoriser l’interaction avec lui », précise Ladislas de Toldi.

À lire aussi : Inventer des solutions pour le handicap

Des données précieuses

Ladislas de Toldi (Leka)

Suivi de Leka via une tablette

«Ce qui intéresse le plus souvent les parents dans notre objet, c’est la possibilité de pouvoir interagir avec leur enfant», souligne-t-il. Le robot est utilisable par les familles et les institutions spécialisées. Il s’adapte à chaque enfant, et permet de collecter des données sur une plateforme en ligne afin d’assurer le suivi de son développement. Le but ultime est, bien sûr, d’arriver à un stade où l’enfant peut se passer de Leka.

Par la suite, les données récoltées pourraient également être agrégées par des professionnels pour leurs études.   Après une campagne de crowdfunding sur Indiegogo, qui a permis de lever plus de 120 000 dollars et d’enregistrer 200 pré-commandes du robot, l’entreprise prévoit la sortie de son produit très prochainement. La production puis la livraison sont attendues pour juin/juillet 2017. Leka sera commercialisé 690 euros.

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Handicap : la technologie de l’espoir” dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires