Imaginons que demain, notre vie et plus particulièrement notre santé, soit déléguée à ces objets connectés qui nous aident à mieux dormir, s’alimenter, pratiquer des activités sportives, suivre nos traitements médicamenteux voire les prévenir. Plongeons-nous dans le futur… proche avec ce récit fictif.

7h15

Une douce lumière bleue envahit la chambre de Camille. Puis quelques chants d’oiseaux tropicaux résonnent gaiement. Lentement Camille ouvre les yeux et se tourne vers sa table de nuit où est posé son smartphone. Elle l’empoigne et consulte avidement les données de son application « Bonne nuit » qui mesure la qualité de son sommeil. Bonne nouvelle ! Elle a dormi sept minutes de plus que la veille et son sommeil a été enregistré comme plus profond que d’ordinaire. Quelques minutes plus tard, son téléphone émet un petit bip pour lui annoncer que la météo est idéale pour faire un jogging, lui rappelant par ailleurs que cela fait quatre jours qu’elle n’a pas couru. « Pire que ma mère ! », soupire-t-elle en enfilant ses baskets et sa montre connectée.

8h07

Gravissant les trois étages de son immeuble jusqu’à son appartement, les joues rouges et le souffle court, elle jette un oeil sur son tracker d’activité – Durée : 00:40:18 minutes, distance : 5,50 km, calories dépensées : 365. Comparant ses résultats avec ses moyennes des derniers mois, elle constate qu’elle a couru environ 10 minutes et 1 kilomètre de moins. La jeune trentenaire hésite à partager cette performance moyenne sur Facebook mais elle s’y contraint tout de même : « pas la grosse forme aujourd’hui. La prochaine fois, je battrai mon record. On parie ? ». Chiche commente l’un de ses «friends» accompagné d’un like. Revigorée par ce défi lancé à elle-même (et à Facebook), elle prend un petit-déjeuner inspiré par les recommandations de son application diététique. Puis, elle contrôle l’écran de son téléviseur connecté au système de télésurveillance médicale installé chez son grand-père qui vit seul. Les données envoyées par le lit, le pilulier, le détecteur de mouvement, tous connectés, rassurent Camille : son grand-père a dormi du sommeil du juste, il s’est réveillé à 6h30, son traitement contre l’hypertension a bien été pris vers 8h. « Et tiens, se dit-elle. Il vient de se connecter à sa webcam ! ». « Salut papi, je n’ai pas le temps de discuter, je dois partir travailler. Mais je serais ravie de venir déjeuner avec toi dimanche ».

9h02

Camille enfourche son vélo libre-service. L’analyse du GPS du vélo est le même que celui de sa montre connectée : le trafic est fluide jusqu’à son bureau.
En chemin, des effluves de viennoiseries viennent titiller ses narines. Son estomac grogne et sa montre émet une petite vibration et la prévient d’un message personnalisé prononcé par une voix d’ordinateur dans son oreillette : « Ne craque pas ! Un croissant pur beurre compte 400 calories ». Entre culpabilité et envie, Camille écrase les pédales du vélo avec fureur et fonce loin de ces odeurs alléchantes.

Ceci est un extrait d’un article issu de la 13ème édition du magazine.

couv_up13Retrouvez la suite de l’article “Un esprit sain dans un corps connecté ?” dans la 13ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires