En 2014, deux jeunes entrepreneurs décident de créer KidyGo, une plateforme qui met en relation des parents, dont les enfants doivent effectuer un trajet en train ou en avion, et des voyageurs, susceptibles de les accompagner durant leur trajet.

Quand un couple se sépare et que chacun refait sa vie dans des villes différentes, les enfants doivent souvent naviguer entre deux domiciles. Pour les parents, « les allers-retours pour les déposer sont contraignants », explique Joanna Faulmeyer, cofondatrice, avec Thomas Dournet, de KidyGo.

Un problème courant pour les couples divorcés mais aussi durant les vacances scolaires lorsque les parents travaillent. « Les enfants vont souvent passer une partie des vacances chez leurs grands-parents par exemple. Mais là encore, papi et mamie n’habitent pas forcément à côté… »

À lire aussi : Parents, aidez-vous pour la garde de vos enfants !

Plus flexible et moins cher que la SNCF

La SNCF possède bien un service d’accompagnement des mineurs nommé « Junior & Cie » mais le prix de l’accompagnement dépend du temps de trajet et du nombre d’enfants. Comptez par exemple 86 euros en plus du prix des billets, proposés à -50 %, pour la prise en charge de deux enfants sur un trajet de 3 heures. Pas donné. Néanmoins, la plus grande limite du service est qu’il ne fonctionne pas avec toutes les destinations, de même que toutes les dates et les horaires ne sont pas disponibles.

C’est là que KidyGo, une start-up lyonnaise ancrée dans l’ère de l’économie collaborative, intervient. Via leur plateforme, les parents posent des annonces de trajets en sélectionnant une contrepartie pour les « kidysitters », soit un remboursement total ou partiel du billet soit une rémunération. Des voyageurs, s’apprêtant à effectuer le même trajet, pourront alors accepter d’accompagner les enfants. Loin d’être en guerre contre la start-up, la SNCF a noué un partenariat avec KidyGo, qui lui permet indirectement de vendre plus de billets de train !

À lire aussi : Les parents s’entraident pour les trajets de leurs enfants

Un bon plan pour des étudiants triés sur le volet

« Les kidysitters sont des voyageurs qui ont l’habitude de s’occuper d’enfants comme des moniteurs de colonies, des professeurs ou des habitués du babysitting », nous renseigne Joanna Faulmeyer, qui se veut rassurante. Car évidemment, on ne confie pas ses enfants à n’importe qui et, ici, contrairement au service de la SNCF, ce ne sont pas des professionnels mais, pour 80 %, des étudiants.

voyager avec KidyGo, enfant, train

Fabien est un papa charmé par le concept. Ses enfants de 10 et 15 ans voyagent avec KidyGo une a deux fois par mois. Crédit : Tumblr

Pièce d’identité, extrait de casier judiciaire, test de mise en situation et vidéo de présentation sont requis pour créer un profil d’accompagnateur, qui sera ensuite validé ou non par l’équipe de KidyGo. Dialogue et rencontre peuvent être effectués au préalable entre parents et nounous tandis qu’un système de notation leur permet aussi d’en savoir plus avant le voyage.

Si les parents versent 4,89 euros à la plateforme pour réserver un trajet, les accompagnateurs, eux, doivent débourser 49 euros d’abonnement annuel. « La somme est débitée et décomptée uniquement après leur première expérience concrétisée », présice Joanna Faulmeyer. « Cela nous permet de rentabiliser les vérifications réalisées sur les profils et de faire vivre le service », poursuit-elle. Un bémol pour les « kidysitters » qui doivent donc effectuer plusieurs trajets pour rentabiliser l’opération. 600 accompagnateurs et 5 700 parents seraient pourtant inscrits sur le service, qui vient d’ouvrir son offre aux trajets en avion. Prochaine étape ? La sortie d’une application mobile.

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Bénévoles ou contributeurs : Nous sommes le futur ! dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 5 Avis

Commentaires