Si vous étiez témoin d’un accident, sauriez-vous comment réagir ? Plutôt que d’angoisser, avec un sentiment d’impuissance, face à cette question, avez-vous pensé à la formation aux premiers secours ? Un bon moyen de passer en mode “action”.

Personne n’est à l’abri d’être victime ou témoin d’un accident. En prendre conscience ne signifie pas tomber dans la paranoïa, mais tout simplement réaliser qu’on peut avoir un jour un rôle à jouer dans les chances de survie des autres. Quelques gestes peuvent parfois changer radicalement la donne.

La journée mondiale des premiers secours, initiée par la Croix-Rouge dans les années 2000, a lieu ce samedi 10 septembre. En ce jour, les antennes locales de la Croix-Rouge mettent en place des actions d’information et de sensibilisation autour de ce sujet.  L’occasion pour les personnes intéressées d’en savoir un peu plus sur les formations.

À lire aussi : Retrouvez les actions près de chez vous sur le site de la Croix-Rouge

Du statut de victime potentielle à celui d’acteur responsable

« Nous allons proposer des petits modules de 2 heures autour des gestes à connaître, et inviter les gens à aller plus loin en s’inscrivant à une formation de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1) », explique Christophe Talmet, responsable du pôle formation de la Croix-Rouge. Cette formation de 8 heures permet d’acquérir les gestes de base en cas d’accident (étouffements, malaises cardiaques, hémorragie). Elle est assurée par des formateurs bénévoles et accessible à tous, pour un coût de 50 à 60 euros. Elle permet de valider, par équivalence, le brevet européen des premiers secours (BEPS).

« Huit heures, ce n’est rien par rapport aux vies qu’on peut sauver. La formation apprend vraiment des gestes simples, sans besoin de prise de notes. Ceux qui ont été formés reprennent leurs réflexes au moment d’un accident », insiste Christophe Talmet.

La carte des lieux de formation et sensibilisation à Paris pour la JMPS2016

Des applis pour ne rien oublier

Capture d'écran de l'Appli qui sauve

Capture d’écran de l’Appli qui sauve

Pierre, 28 ans, a sauté le pas au mois de juin. Alors conservateur du patrimoine, il a suivi une formation aux premiers secours organisé par son employeur de l’époque. « J’avais envie de pouvoir bien réagir face à des situations qu’on peut rencontrer tous les jours. J’ai hésité à ne pas y aller quelques jours avant, et puis mon père a fait un infarctus (tout va bien aujourd’hui) et cet évènement m’a définitivement motivé », explique-t-il.

À présent, il dit se sentir globalement prêt à faire les bons gestes en cas d’accident. D’autant plus que des applications ont été développées pour guider les gens et leurs rafraîchir la mémoire. La Croix-Rouge a ainsi réalisé l’Appli qui Sauve !, avec des conseils et des vidéos, pour apprendre ou revoir ses acquis.

Quand on sait que, sans compter les enjeux actuels autour de la sécurité, toutes les 10 minutes en France, une personne meurt d’un accident cardiaque et qu’un ménage sur deux a été, ou sera touché dans l’année, par un accident domestique, cela donne envie d’avoir la possibilité d’agir.

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Bénévoles ou contributeurs: Nous sommes le futur! ” dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires