Particuliers et entreprises peuvent organiser des collectes en échange de dons financiers à des associations grâce aux programmes de l’entreprise Terracycle, spécialisée dans le recyclage de déchets peu recyclés.

Rejoindre un programme de recyclage organisé par Terracycle, c’est allier geste pour la planète et coup de pouce solidaire. L’entreprise met en place, en partenariat avec des marques, des programmes pour recycler des produits qui, d’ordinaire, sont peu recyclés. Par exemple, des emballages de cosmétiques, des capsules de thé ou encore des stylos.

Les programmes peuvent s’organiser de deux manières. Soit, c’est la marque elle-même qui s’occupe de la collecte dans ses boutiques. Soit, pour certains programmes, les particuliers, les assos ou les entreprises, qui le souhaitent, peuvent eux-mêmes créer leurs propres points de collecte. Pour cela, il suffit d’envoyer un mail. Une fois reçu confirmation, il n’y a plus qu’à se lancer. Le site de l’entreprise propose des conseils et des outils de communication pour organiser la collecte.

Il existe des programmes accessibles aux particuliers, par exemple,  pour les emballages des produits Saint-Michel ou des instruments d’écriture (stylo, feutres etc…).  En fonction de la quantité de déchets récoltés, ils obtiennent des points qui sont ensuite transformés en dons à l’association de leur choix.

Recycler pour donner à qui l’on veut

La force du concept est que chacun peut faire entrer l’association de son choix dans la liste des bénéficiaires. D’où le succès du concept dans les écoles. « Près de 3 000 écoles ont déjà participé à nos actions en France », affirme Julien Tremblin, responsable marketing et relations publiques à TerraCycle France. Cela permet par exemple de récolter des financements via une association de l’école pour un projet scolaire, tout en faisant de la pédagogie autour du recyclage.

Lire aussi : Quand le jean se recycle avec style

En moyenne, les collectes permettent de verser entre 50 et 150 euros à une association, selon Julien Tremblin. Mais les sommes peuvent monter beaucoup plus haut. Dans le Nord, une association pour la protection des animaux a ainsi empoché 2 000 euros grâce à la collecte d’une tonne de déchets. Pour les programmes en entreprise, il faut aussi ajouter le bénéfice humain : ce type d’initiative permet de mobiliser des équipes autour d’un projet écolo et solidaire.

Avec ce concept initié en 2007, l’entreprise fondée aux États-Unis et leader dans son domaine, revendique avoir encouragé plus de 63,3 millions de personnes à participer, avoir recyclé plus de 3,2 milliards de déchets et récolté plus de 15 millions de dollars de dons pour des associations.

Exemple d’objets réalisés par TerraCycle à partir de matériaux recyclés

Exemples produits TerraCycle

Élargir les opportunités de recyclage

Avec ses programmes, TerraCycle permet de venir combler les vides laissés par les collectes publiques. Si les matériaux tels que le verre ou le papier sont facilement collectés, ce n’est pas le cas d’autres produits, comme les mégots par exemple. « Souvent, les produits qui ne sont pas recyclés, ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas recyclables, mais parce que cela n’est pas rentable », explique Julien Tremblin.

La présentation de l’entreprise TerraCycle par son fondateur :

Grâce à ses propres techniques innovantes et ses partenariats avec des recycleurs, l’entreprise, fondée aux États-Unis, s’attaque aux laissés-de-côté du recyclage, tous ces produits que les particuliers ne peuvent ni composter, ni jeter dans leur poubelle jaune. Avant qu’enfin, un jour, de tels programmes de recyclage se généralisent… « Le but, c’est que dans 30 ou 40 ans, on n’existe plus », dixit Julien Tremblin.

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Nos déchets, un défi pour les villes” dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


Commentaires