D’Afrique de l’Ouest jusqu’au Bengladesh, en passant par le Pakistan et la Roumanie, vos vêtements voyagent sans doute plus qu’un globe-trotter. Face à ce constat, 1083 a lancé une gamme de vêtements entièrement made in France. Un bon moyen de limiter son empreinte environnementale.

« 1 083 km, c’est la distance qui sépare les deux villes les plus éloignées de France », explique Thomas Huriez, le fondateur de 1083. De ce chiffre symbolique, il en a fait une marque dont l’ambition est de proposer des produits complètement made in France. « On vend principalement des jeans, mais on a élargi notre gamme de produits aux baskets, bermudas, vestes, ceintures… », fait-il valoir.

Aperçu de la gamme de produits de 1083 Crédits: 1083

Aperçu de la gamme de produits de 1083 Crédits: 1083

Le 100% français est donc possible ? Pas vraiment, si l’on en croit l’entrepreneur. « Notre coton biologique, les rivets et les boutons viennent de nos voisins italiens », admet-il.

À lire aussi : Perus, des baskets tendance et solidaire

« L’autre Tour de France »

La « relookalisation », pour reprendre le terme de l’entreprise, est bonne pour l’environnement ! « Un jean parcourt jusqu’à 65.000 km lors de sa fabrication », souligne Thomas Huriez. En France, cette distance n’excède donc pas 1 083 km, soit 60 fois moins de trajet. Pour illustrer cette proximité, le fondateur et sa femme ont relié Porpspoder et Menton à vélo, les « deux villes les plus éloignées de France ». Cet « autre Tour de France », comme ils l’appellent, a duré 17 jours et autant d’étapes durant lesquelles les clients étaient invités à visiter les ateliers de 1083. Un moyen pour eux de promouvoir leur marque, ainsi que le made in France.

Thomas Huriez et sa femme traverse la France en tandem. Crédits: 1083

Thomas Huriez et sa femme traversent la France en tandem. Crédit : 1083

Donner un coup de pouce à l’emploi local

L’histoire derrière cette aventure se niche dans l’invention des premiers jeans en France. « Le denim est né à Nîmes (d’où son nom, ‘’de Nîmes’’) ; pourtant, nous sommes les premiers à proposer des produits entièrement teints, tissés et confectionnés en France », raconte le concepteur. « Il y a une vingtaine d’années, à Romans, on comptait environ 2 000 emplois dans le secteur de la chaussure. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 300 », constate-t-il. L’entreprise a revitalisé plusieurs ateliers en France, en créant plus d’une vingtaine d’emplois, principalement en Auvergne-Rhône-Alpes. « On est fier de pouvoir amener une nouvelle dynamique dans des régions où le taux de chômage est élevé », se félicite-t-il.

À lire aussi :Le T-shirt qui fera de vous un héros

1083 contribue à l'emploi local

1083 contribue à l’emploi local Crédits: 1083

Le projet est né il y a trois ans, et a pu voir le jour grâce à une campagne de crowdfunding rondement menée. Avec plus de 20 000 produits vendus depuis la création de la marque, l’entreprise se porte bien. Son chiffre d’affaires a plus que quadruplé depuis 2013. Pour Thomas Huriez, l’aventure ne fait que commencer. « Imaginez le potentiel en termes d’emplois si les 88 millions de jeans et les 360 millions de chaussures vendus chaque année en France étaient fabriqués ici… »

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “S’habiller français” dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 3 Avis

Commentaires