Entre formules tout compris, transports low cost et prouesses technologiques, il est possible de partir une ou deux semaines à l’autre bout du monde ou de profiter d’un week-end n’importe où en Europe. Mais avez-vous l’impression de vraiment connaître ces lieux ? UP le mag vous donne cinq bonnes raisons de tenter le slow travel ou l’art de voyager en prenant son temps.

Prendre le temps de vivre

« Le slow travel, c’est profiter du luxe de prendre son temps » explique Alizé, une globe-trotteuse, sur le blog de Bruno Maltor, alias afrenchtraveler sur Instagram. A l’heure de la mondialisation et de l’accélération de nos modes de vie, prendre son temps est devenu un luxe. Avec cette manière de voyager, vous bougez et vivez selon vos envies. Qu’est-ce qui vous oblige à passer une journée seulement à Istanbul, avant de vous rendre à Ankara, pour ensuite rentrer absolument le lendemain en France ? Ne vous stressez pas, prenez votre temps… et explorez !

Pour aller plus loin : Digital detox : offrez-vous un séjour déconnecté 

Baigner dans de nouvelles cultures

« Le slow travel, c’est s’offrir l’opportunité de s’imprégner des lieux où l’on se trouve et des gens qui y vivent. C’est prendre part à la vie sociale d’un endroit et prendre le temps de la découverte en privilégiant la qualité de l’expérience plutôt que la quantité d’activités que l’on y fera en un temps défini », ajoute la jeune femme. De manière globale, le choix du slow travel permet de s’impliquer dans la vie locale, la côtoyer au plus près. L’exemple le plus concret, c’est la tendance du WWOOFing où les personnes aident des agriculteurs en échange d’un lit et du couvert. Aujourd’hui, ça passe aussi par l’échange de maisons, la possibilité de dormir chez l’habitant ou encore de cumuler de petits jobs sur des périodes courtes.

Voyager plus longtemps pour le même prix

Loger chez l’habitant, voyager à pied, à vélo, en bus ou en train, prendre le temps de découvrir des bons plans… Tout cela permet de voyager plus longtemps au même prix que pour des vacances plus courtes au bout du monde avec hôtels et restaurants touristiques tous les soirs.

Pouvoir voyager autrement

« Dans le slow travel, on peut aussi imaginer un autre mode de voyage… Une manière plus écologique de se déplacer que l’avion à outrance », suggère Romain Vallon, directeur de Voyageons-autrement.com. Prendre le temps de voyager, c’est aussi choisir des moyens de locomotion variés et parcourir des distances moins longues sur des temps courts. En alternant le bus, le train, la randonnée ou le vélo… vous faites une bonne action pour votre bilan carbone.

Pour aller plus loin : La clé verte de vos vacances

Adopter une philosophie de vie

S’adonner au slow travel, c’est donc adopter une forme de tourisme plus écologique et responsable pour l’environnement et la population locale. Une véritable philosophie qui s’applique de plusieurs manières : préférer le tourisme proche de chez soi quand il s’agit de courts séjours, ou encore prendre une location et découvrir la région plutôt que chercher à visiter toutes les grandes villes du pays en une semaine. Le slow travel n’est pas réservé aux voyages de six mois, c’est un principe que tous ceux qui aiment s’imprégner des lieux et de nouvelles cultures peuvent suivre de plus en plus facilement. A vos passeports !

detourlocal

Sur leur blog, Alizé et Maxime racontent leurs voyages, mais expliquent aussi leurs bons plans, leurs envies et leurs idées. Le mix parfait pour tenter le slow travel… Crédit: Capture d’écran

UP51Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article “Des idéaux plein le sac à dos” dans la 5ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires