Mapool est la première application de co-motorage urbain apparue en France. Elle met en relation conducteurs de deux-roues et particuliers, pour qu’ils puissent optimiser leurs trajets et réduire leur empreinte écologique.

Olivier Czapka, fondateur de Mapool, détaille son projet : « Avec la géolocalisation, vous pouvez voir les conducteurs autour de vous, consulter leur profil, leur note, et les commentaires écrits par la communauté. En un clic, passagers et conducteurs sont mis en relation ».

Que ce soit des trajets réguliers, ou plus occasionnels les passagers paient le montant qu’ils veulent via l’application. Pas question que les conducteurs puissent gagner un revenu à part entière, les règles sont strictes. « Pour ne pas que ça devienne professionnalisant, on vérifie le nombre de trajets effectués par conducteur par jour. Le plafond annuel de 3500€ correspond à l’entretien de la moto », explique Olivier Czapka. « Aucun cas de conducteur qui considère ça comme une activité professionnelle, et c’est tant mieux », fait-il valoir.

À lire aussi : Économisez de l’essence grâce au covoiturage courte distance

La qualité au détriment de la quantité

Screenshot 2

Plus rapide, plus mobile, le comotorage est une alternative à la voiture ©Mapool

Pour le fondateur, s’en tenir aux règles est essentiel pour le maintien d’une bonne communauté. Il est très fier de celle de Mapool.  « On a réussi à mettre en place une communauté de très grande qualité », se félicite-t-il, avant d’ajouter : « Aujourd’hui, on a 90% des passagers qui notent leur trajet 5/5, et le reste 4/5. Les commentaires sont tous très bons ».

Cependant, le maintien d’un tel groupe entraine un frein à la croissance. « Qui dit qualité dit réduction de la quantité. L’offre prend donc un plus de temps que prévu à se construire, mais on y arrive. », exprime-t-il sans regret. Le service est pour l’instant très local. Il « se développe dans la capitale avant de s’ouvrir très prochainement à d’autres grandes villes françaises. », peut-on lire sur le site.

À lire aussi : Cocolis, le covoiturage de colis entre particuliers

A la base de cette communauté, un système rigoureux de sélection des conducteurs. « Les candidats sont confrontés à des vidéos en ligne, qui expliquent les règles de bonne conduite et d’exclusion de la communauté, ainsi que la philosophie de Mapool. » Une fois ces 6 vidéos visionnées, le futur conducteur doit encore remplir un quiz pour vérifier qu’il ait bien retenu ses leçons. Au total, ce ne sont pas moins de 13 000 utilisateurs et 800 conducteurs qui sont recensés sur l’appli.

Trajet 2 roues 2

La communauté se développe petit à petit en partageant des valeurs communes ©Mapool

1€ pour planter un arbre

Mais Mapool n’est pas qu’un simple service de co-motorage. C’est aussi une aventure écolo-responsable. « Mon associé et moi avions à cœur de réduire notre empreinte écologique », raconte Olivier Czapka.  D’où leur partenariat avec Planète Urgence. « A la fin d’un trajet, si une personne donne un euro supplémentaire, il est reversé à l’association pour qu’elle plante un arbre dans le troisième poumon de la planète, en Indonésie. On plante des Palétuviers ! », s’exclame-t-il, avant de dresser un premier bilan de l’expérience. « On a planté environ 500 arbres ! »

 

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Les taxis s’engagent pour la planète” dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires