Vous voulez lancer votre propre entreprise ? Des organismes d’accompagnement sont à votre disposition afin de vous soutenir dans la recherche de financement ou dans le développement de votre projet. 

Les Français y pensent de plus en plus.  Près d’un sur quatre (37%) songent à créer son entreprise ou à en reprendre une. À en croire le sondage OpinionWay pour l’Union des auto-entrepreneurs, c’est un peu plus que les années précédentes (31 et 25 % en 2014 et 2015).

Pour en savoir plus : retrouvez les résultats de l’étude (janvier 2016)

Vous avez une idée de génie ?

Des organismes peuvent vous accompagner pour réveiller votre fibre entrepreneuriale. N’hésitez pas à les solliciter : votre société aura plus de 77 % de chance d’exister après 3 ans si vous êtes suivi par un conseiller.

En 2015, le réseau national d’associations BGE, par exemple, a accueilli près de 80 000 porteurs de projets. Parmi eux, 18 000 ont réussi à monter leur boîte ; les autres n’étaient pas forcément prêts ou ont repris un travail salarié.

Alors, une idée ? Rencontrez un conseiller qui pourra vous épauler pour formuler votre projet, le business plan et l’étude de marché. Il vous aidera aussi à développer votre TPE ou PME. L’année dernière, 28 000 entreprises ont ainsi été soutenues.

Témoignages et recommandations… Say YESS !

L’économie sociale et solidaire vous intéresse ? Le média Say YESS  vous propose des petits conseils pour passer à l’action. Comment rédiger un bon pitch ? Comment candidater à un appel à projets de financements ?

Ces bons plans sont illustrés par des témoignages d’entrepreneurs sociaux qui ont sauté le pas. Certains racontent l’histoire de leur déclic, d’autres expliquent, par exemple, comment concilier rentabilité économique et impact social ou environnemental.

Les conseils de Say YESS

Page-entreprendre-grand web

Des couveuses pour tester votre produit ou service

BGE peut aussi vous accueillir au sein d’une couveuse, une structure qui vous permet de tester votre marché et de facturer avant que vous ne déposiez les statuts juridiques de l’entreprise. Vous démarrez ainsi en étant coaché pour devenir le meilleur entrepreneur. L’intérêt ? Vous pouvez conserver vos droits si vous êtes demandeur d’emploi ou un travail salarié, à condition que ce soit un mi-temps.

« L’accueil est gratuit pour le porteur, glisse-t-on au sein de l’Union des couveuses d’entreprises, qui fédère plus de 60 couveuses, car cela peut être pris en charge par les collectivités publiques, l’Europe ou les financeurs tels que Pôle emploi. » Enfin, presque gratuit, car les couveuses peuvent prélever entre 5 et 10 % du chiffre d’affaires des nouvelles entreprises pendant l’accompagnement (12 mois, renouvelable deux fois). La plupart des couveuses sont généralistes et certaines bénéficient d’espaces de co-working. En 2015, elles ont accueilli 5 200 porteurs de projet, indique l’Union des couveuses d’entreprise.

Si vous avez un projet innovant dans des domaines comme l’environnement ou la biotech, vous pouvez rejoindre aussi un incubateur, en amont de la création juridique de la boîte, et y rester jusqu’à trois ans pour vous y développer. On vous héberge, met en relation avec d’autres entrepreneurs, des investisseurs, ainsi que des organismes de financement. Mais le service a un coût mensuel : jusqu’à 1 000 euros par mois !

Découvrez UP le mooc sur l’économie sociale et solidaire

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Du bois dont on fait des emplois” dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires