Pas un jour ne passe sans que vous ne vous connectiez à Internet ? Votre smartphone vous suit absolument partout du matin au soir ? Le temps est peut-être venu de prendre des vacances… des vacances déconnectées !

La dépendance aux technologies est un phénomène qui explose. 59 % des Français consultent leur smartphone dans l’heure qui suit leur réveil et 39 % des 18-24 ans s’en servent moins de 5 minutes avant de se coucher. À la maison, dans les transports, au travail, et même durant nos sorties, les écrans sont devenus totalement omniprésents. « La technologie est bonne, mais son usage, addictif et malsain, est mauvais », analyse Vincent Dupin, fondateur de « Into the tribe », l’agence des voyages déconnectés.

De l’addiction aux écrans découlent de nombreux effets secondaires. « En comblant le vide avec les smartphones, on empêche la créativité, la réflexion, on développe des problèmes de concentration, et même des douleurs physiques », poursuit-il. Les personnes hyper-connectées manquent les interactions réelles, les échanges, le partage, les rencontres. Dans les cas les plus extrêmes, ils sont atteints de troubles de l’appétit, de grosse fatigue ou de surmenage.

À lire aussi : Cyberdépendance, tous accros aux réseaux

Un sevrage numérique par les voyages

« En voyageant, je me suis retrouvé dans des endroits très reculés, sans aucune connexion, comme en Mongolie ou dans l’Himalaya », raconte Vincent Dupin. « C’est en revenant que j’ai eu un choc », poursuit l’entrepreneur, qui a eu l’ingénieuse idée de combiner son envie d’aider les autres à se déconnecter et sa passion pour les voyages.

Son agence, « Into the tribe », en référence au film « Into the wild » de Sean Penn, est spécialisée dans la digital detox, un concept venu tout droit des États-Unis. Le mot d’ordre : se déconnecter des écrans pour mieux se reconnecter aux autres et à soi-même. Et ce, en partant, avec un groupe de 20 personnes, la tribu, à la découverte d’une région, en France ou à l’étranger, hors des circuits touristiques classiques.

« Ce sont des endroits où on peut avoir des vraies interactions avec la population locale pour découvrir l’authenticité d’une région », précise Vincent Dupin. « On propose beaucoup d’activités, des soirées et des dîners en groupe. On est très souvent dans l’interaction, mais il y a aussi des moments de calme où on peut se mettre dans un jardin et lire un livre », détaille-t-il.

Des participantes recommandent l’agence sur Facebook.

  • Je suis partie en voyage en Catalogne avec Into the tribe et c’était génial. On déconnecte vraiment et on se connecte avec des gens et des activités sympas !! Totalement recommandé ! Catalina Navarro

  • J’étais une des premières membres de la tribu dans le Berry et c’était GÉNIAL !! Un hébergement et des paysages incroyables, des activités sympas et des gens plutôt cool avec qui faire la fête ! Ça vaut définitivement le coup, je reviendrai sûrement ! Catalina Fajardo

Une formule qui semble porter ses fruits

« Les participants n’ont pas ressenti le manque. Ils n’ont eu aucun problème à se déconnecter », affirme Vincent Dupin, qui n’oublie pas de leur donner quelques conseils pour faire durer les effets positifs du séjour. « Il ne faut pas se connecter juste après le levé. C’est une heure où notre cerveau travaille beaucoup, on est encore dans la rêverie et la créativité ».

En ce moment, la petite agence ne propose que deux destinations : la Grèce en septembre et le Portugal le mois suivant. « D’année en année, je vais proposer plus de voyages », espère le fondateur. Devant les chiffres, toujours plus exorbitants, sur les usages du numérique, nul doute que la digital detox ne connaîtra pas la crise, malgré son prix, qui n’est pas forcément à la portée de toutes les bourses.

À lire aussi : 5 pistes pour une digital detox réussie

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Digital detox : les accros aux réseaux” dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires