Le 18 juin, le 13ème arrondissement de Paris accueillera la première édition de Groove Your World. Ce festival mêlera concerts, expositions, et ateliers autour de problématiques sociales. Profitant d’un financement participatif assez spécial, il compte bien mettre le solidaire au goût du « cool ». 

Le solidaire, c’est fun ! Le 18 juin, l’esplanade Pierre-Vidal-Naquet, verra défiler musiciens, street-artistes et exposants. Organisé par le collectif Vis Ton Rêve (VTR), Groove Your World est « une journée dédiée à l’art et à la solidarité », explique Sahar Dadsetan, instigatrice du projet. « L’idée, c’est que le festivalier devienne acteur solidaire en s’amusant ! Groove Your World, ça représente le mouvement, ça a une connotation assez cool ! Et, en même temps, on se rend compte qu’on peut changer le monde », fait-elle valoir.

L’esplanade Pierre-Vidal-Naquet, © Google

groove your world carteUne initiation à la solidarité

Tout au long de la journée, des ateliers solidaires seront organisés, pour « initier à la solidarité dans la convivialité. » Au programme, points de collecte, rencontres inter-culturelles, chantiers en éco-construction, expo photo, street art, musique… Il s’agit de « faire la promotion de nouvelles formes d’engagement », clame l’organisatrice. Les Banques alimentaires sensibiliseront au gaspillage alimentaire et proposeront des solutions pour lutter contre, par exemple. « On a eu envie de donner plus de sens à nos actions. Par la force de nos rencontres, on s’est immergé de plus en plus dans le social et solidaire. Ce sera peut-être le premier festival où tous les participants repartiront acteurs solidaires », poursuit-elle.

Un volontaire sur le chantier éco-solidaire avec l’association NQ13 © VTR

groove your world mec qui peint

En parallèle des concerts, des grapheurs mettront leurs créations au profit du public. « On voulait garder notre identité pluridisciplinaire », confie l’instigatrice. « Avec les artistes Doudou Style et Jo Di Bona, nous avons conçu des œuvres que nous allons peindre sur les façades d’une crèche. Une partie de mon œuvre se fera sous forme d’ateliers participatifs », projette la graffeuse Stoul.

Réunis autour de leur volonté de faire « découvrir au public des projets d’actions solidaires », les artistes sont unanimes sur leurs motivations. « Ce qui m’a séduit, c’est cette notion de solidarité, de partage sur une bonne vibration », explique Doudou’style, street-artiste. « Le monde a bien besoin d’esprit de partage et de solidarité », ajoute le DJ Aliosh.

La programmation musicale du festival, © VTR

groove your world musiciensFinancé par une tombola

Pour aller encore plus loin dans le solidaire, VTR propose jusqu’à fin juin une tombola, aka le « Passgroove ». Le but est de financer les activités du festival. « C’est une manière de se démarquer des autres campagnes de crowdfunding habituels. Tous les fonds collectés nous permettent de faire vivre une partie du festival et toutes les actions qui ont lieu pendant cette journée du 18 juin. Le festivalier devient ainsi mécène de Groove Your World ! On a eu de la chance : les artistes se sont engagés en créant des lots totalement originaux », détaille Sahar Dadsetan. Parmi ces prix, on retrouve des concerts privés, à domicile et des œuvres uniques.
La suite ? « Reproduire le festival sur d’autres villes, d’autres quartiers. On encourage les gens à reprendre le concept ! », conclut-elle, enthousiaste.

up61Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article “Du street art plein les mirettes” dans la 6ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires