Le premier quartier à énergie positive a vu le jour à Lyon en décembre dernier. Cet îlot rassemble des bureaux, des habitats et des commerces et c’est une première en France.

Des bureaux qui produisent davantage d’énergie qu’ils n’en consomment… telle est la particularité de l’îlot Hikari. Situé dans le quartier Confluence à Lyon, ce projet est un véritable exploit. C’est la première fois que le concept d’énergie positive est appliqué à un ensemble urbain en Europe.

Les meilleurs techniques de l’architecture bioclimatique ont été mise en place : dans ce quartier la ventilation et la lumière sont naturels. Les toits sont incrustés de cellules photovoltaïques. La géothermie est également utilisée pour rafraîchir les locaux l’été. Mais l’amélioration du bilan énergétique se base également sur une consommation raisonnable.

Une œuvre écologique et architecturale

Hikari s’étend sur 12 800 mètres carré qui accueillent des commerces, des bureaux, des logements et un parking. Cet ensemble est conçu pour n’utiliser que 1400 MWh d’énergies primaires par an et en produire 0,2 % de plus. Un exploit quand on sait que les bâtiments dits classiques en consomment 50 à 60 % de plus.

« L’innovation énergétique est notre fil conducteur. Elle trouve un point d’orgue avec Hikari, un démonstrateur de ce qu’on est capable de faire aujourd’hui », explique dans Le Parisien Benoît Bardet, directeur adjoint de la société publique chargée d’aménager le nouveau quartier de la Confluence.

Ce projet a pu voir le jour grâce à Kengo Kuma, architecte nippon qui œuvre pour une architecture plus en adéquation avec la nature. Pas étonnant quand on sait qu’Hikari signifie Lumière en japonais.

Financé par la NEDO et Bouygues, Hikari a coûté 60 millions d’euros. Le prix au mètre carré des logements situés dans cette zone sont équivalents à ceux des beaux quartiers de Lyon.


Commentaires