3   +   6   =  

Voici la fiche d’identité des 3 principaux ennemis de l’air respirable : les particules fines, le dioxyde d’azote, et l’ozone.

  • Les particules fines

Les particules sont des petites portions de matière, en suspension dans l’air, de natures très variées (pollens, poussières naturelles, produits de combustion…). Plus elles sont fines, plus elles pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire. Elles sont majoritairement causées par le trafic routier, les industries et le chauffage domestique. Les particules peuvent causer des irritations respiratoires, être nocives pour les systèmes nerveux et endocrinien et aggraver le risque de cancers. Elles accroissent la sensibilité aux allergènes.

  • Le dioxyde d’azote (NO2)

Le dioxyde d’azote (NO2) se forme dans l’atmosphère à partir du monoxyde d’azote (NO) qui se dégage essentiellement lors de la combustion de combustibles fossiles. Le dioxyde d’azote est uniquement d’origine humaine : chauffage, production d’électricité, moteurs thermiques des véhicules et engrais azotés. A court terme, le dioxyde d’azote irrite les bronches et aggrave les crises des asthmatiques. Il a aussi un effet sur l’environnement. Il favorise la création de l’ozone.

  • L’ozone

Il y a le «bon ozone», la fameuse «couche d’ozone» qui nous protège des rayons ultraviolets. En revanche, l’ozone présent dans la troposphère (depuis le sol jusqu’à 10 km d’altitude) est lui un polluant. C’est un polluant secondaire, qui se forme à partir des oxydes d’azote et des COV (Composés Organiques Volatils) sous l’effet du rayonnement solaire. L’ozone favorise les irritations de la gorge, des yeux et des bronches et perturbe la photosynthèse des plantes. C’est un gaz à effet de serre.

 

Retrouvez l’ensemble de nos conseils sur la qualité de l’air en fiches téléchargeables ici.

couv_up_le_mag
Retrouvez également le dossier sur la qualité de l’air “Comment mieux respirer demain ?” dans UP le mag n°10 :

-> Découvrir le sommaire

-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


Commentaires