Certaines communes allemandes ont trouvé la solution pour désengorger le trafic routier et ferroviaire : des autoroutes à vélo. Elles sont composées de pistes large et éclairée, sans feux rouges, circulations et voitures.

Dans le cadre d’un projet dans la Ruhr dans l’ouest de l’Allemagne, 5 kilomètres de pistes ont été ouvertes en novembre dernier et l’ambition de cette région ne s’arrête pas là, une centaine de kilomètres entre Duisbourg et Hamm vont être inaugurée dans le courant de l’année.

Un projet enthousiasmant mais coûteux

Martin Tönnes, planificateur à l’association régionale de la Ruhr et porteur de ce projet, compte relier également dix autres agglomérations dont Bochum et Dortmund. Les pistes cyclables sont installées sur d’anciennes voies ferrées qui sont nombreuses en Allemagne. Selon une étude faite par l’association RVR, ce projet permettrait de réduire la circulation de 50 000 voitures.

Une idée ingénieuse qui peine cependant à trouver des investisseurs. Par exemple, dans la Ruhr, le projet d’autoroute pour vélo a été financé à 30 % par le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à 50 % par l’UE et à 20 % par l’association régionale de la Ruhr. Et le financement des 100 kilomètres, qui est d’une hauteur de 180 millions d’euros, n’est toujours pas trouvé. En plus des coûts de constructions, les communes doivent également faire face aux couts d’entretien, d’éclairage et de déblaiement pendant les périodes de neige.


Commentaires