Agroécologie – Entre ses importantes émissions de gaz à effet de serre et l’utilisation massive de produits chimiques, l’agriculture est une activité nocive pour l’environnement. Et si les robots intelligents permettaient d’améliorer ce bilan et de rendre les champs plus propres ?

L’industrie n’a que le mot robot en bouche. De forme humanoïde ou pas, ces machines intelligentes se répandent dans toutes les activités, de la voiture à l’aide à la personne, en passant par l’éducation.

Demain, ils viendront épauler les agriculteur dans leurs champs en apportant des solutions éco-responsables. C’est le cas par exemple du robot Oz conçu par deux ingénieurs en robotique et en informatique qui ont crée la société Naïo Technologies. En temps normal, le désherbage nécessite l’utilisation d’ intrants chimiques nocifs pour la santé et l’environnement ou bien d’une sacrée dose d’huile de coude. Grâce à sa petite taille, l’engin Oz (40 cm sur 60) permet de passer entre les rangées de légumes pour éliminer les herbes indésirables.

Par ailleurs, le robot est doté d’une capacité de désherber 100 mètres de poireaux en 20 à 30 minutes sur la saison, contre 6 à 10h manuellement. Résultat : un binage réalisé de façon autonome, efficace et écologique. Et c’est tout le concept de la robotique des champs : remplacer, tout ou partiellement pesticides et herbicides par la mécanique des robots. Le coût est encore élevé, comptez 10 000 euros pour le robot Oz, mais parions qu’au fil du temps les prix baisseront.

Oz n’est pas l’unique robot agro-écologique. Il existe aussi Vitirover un robot-tondeur spécial vignes fonctionnant à l’énergie solaire et téléguidé à l’aide d’une application mobile. Anatis, lui est destiné aux maraîchers pour leur permettre de supprimer ou réduire les désherbants chimiques. D’autres innovations encore comme le drône permettent déjà de surveiller les champs, de définir les besoins de chaque parcelle pour apporter des soins adaptés et réduire la consommation d’eau ou d’intrants.


Commentaires