Les émissions des véhicules utilitaires lourds représentent environ un quart des émissions dues au transport routier dans l’Union Européenne. Pour réduire les émissions de CO2 des transports en communs, l’eurométropole de Strasbourg mise sur un projet innovant de véhicule électrique appelé Cristal.

Après avoir réussi à réduire efficacement contre les émissions des voitures grâce à une législation européenne, la Commission européenne a adopté en mai 2014 une stratégie pour s’attaquer à la réduction des émissions des camions, autobus et autocars. L’enjeu est de respecter l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant des transports d’environ 60 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2050, comme indiqué dans la feuille de route vers une économie compétitive à faible intensité de carbone publié par la Commission.

Plusieurs villes travaillent déjà sur des solutions, comme l’Eurométropole de Strasbourg, qui planche actuellement sur un projet innovant de système de transport bimodal, électrique, économique et numérique pouvant servir pour un usage individuel ou collectif.

“Casser les codes”

«C’est un véhicule qui casse les codes à la fois esthétiques et fonctionnels, puisqu’il pourra être utilisé selon deux modes totalement différents : un mode libre-service, l’équivalent un peu d’Autolib’ à Paris, et un mode navette en attelant plusieurs véhicules pour transformer l’outil en véhicule de transport public», explique Jean François Argence, directeur des nouvelles mobilités chez Lohr Industrie, l’entreprise à l’origine de cette innovation.

En mode individuel, Cristal peut transporter jusqu’à 5 personnes assises, tandis qu’en mode navette, il peut transporter jusqu’à 70 personnes, pratiquement l’équivalent d’un bus. Ce véhicule, présenté lors de l’exposition Solutions 21 à Paris, sera testé dans les rues de Strasbourg dès 2016. Il pourra notamment être utilisé en complément des transports collectifs «de masse», pour assurer la desserte du « dernier kilomètre ».

Cette publication s’inscrit dans une action qui fait l’objet d’un soutien financier de la part de l’Union Européenne. Elle n’engage que son auteur et la Commission Européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qu’elle contient.


Commentaires