On y est ! 147 chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus aujourd’hui à Paris-Le Bourget pour le lancement de la COP21. Mais la grande Conférence sur le climat, qui devrait se solder par un accord international contre le réchauffement climatique, s’ouvre alors que l’état d’urgence est instauré en France depuis les attentats du 13 novembre.

Deux semaines après les attentats du 13 novembre, la COP21, la grande conférence sur le climat de l’ONU, s’ouvre aujourd’hui, à Paris-Le Bourget, sous haute sécurité. En parallèle des négociations politiques devaient se dérouler une multitude de manifestations organisées par la « société civile » qui regroupe plus d’une centaine d’ONG, de syndicats et d’associations engagées en faveur du climat. Pourtant primordiales pour faire peser la voix du peuple dans la balance des négociations et aboutir à un accord contraignant, le gouvernement français a pris la décision d’annuler toutes les manifestations sur la voie publique. Dans la crainte d’un nouvel attentat voire d’un gigantesque mouvement de panique, le gouvernement a notamment interdit un des temps fort de la mobilisation citoyenne, la Marche mondiale pour le climat, prévue le 29 novembre.

  Les militants entendent faire pression sur les dirigeants malgré tout Alors que l’état d’urgence a été instauré pour trois mois, certaines associations ont décidé de braver l’interdiction quand d’autres tentent de la contourner en trouvant des moyens d’expression innovants. Ainsi, l’ONG Greenpeace a fait survoler samedi une montgolfière, aux couleurs de la COP21, au-dessus du Champs de Mars, pour sensibiliser l’opinion publique. Dimanche, l’association Avaaz a installé, sur la place de la République à Paris, des milliers de chaussures pour représenter les manifestants, absents mais pas désengagés. Une grande chaîne humaine a aussi été organisée. Des milliers de militants se sont tenus main dans la main de la place de la République jusqu’à la place de la Nation. D’autres chaînes humaines ont été observées à Marseille, Lyon ou encore à Bordeaux. De nombreux rassemblement ont eu lieu dans les régions, malgré l’interdiction, tandis qu’une cinquantaine de Marches mondiales pour le climat se sont déroulées à travers le monde (Sydney, Mexico, New-York, Dehli, Séoul, Londres, Rio de Janeiro…).  Si les manifestations prévues sur la voie publique ont été annulées, tous les événements en marge de la COP 21 n’ont pas connu le même sort. Sur le site de Paris-Le Bourget, les conférences et les expositions de l’espace « Générations climat », dédié au public, ont été maintenues (seules les sorties scolaires ont été annulées). Le « Sommet citoyen pour le climat et village mondial des alternatives » aura bel et bien lieu les 5 et 6 décembre prochain à Montreuil (Seine-St-Denis). Tout comme l’évènement Solution COP21, où des entreprises exposeront leurs innovations respectueuses de l’environnement et qui occupera le Grand Palais à Paris du 4 au 11 décembre.

La COP21, un enjeu planétaire primordial

La COP21 est une des plus importantes conférences diplomatiques jamais organisées par la France. Malgré la menace terroriste suite aux attentats meurtriers du 13 novembre, 147 chefs d’État et de gouvernement ont fait le déplacement pour le lancement de la Conférence sur le climat. Du 30 novembre au 11 décembre, 196 parties, représentant autant de pays ainsi que l’Union Européenne, entreront en négociation et tenteront de parvenir à un accord pour limiter la hausse du réchauffement climatique à +2°C d’ici 2100. Alors que l’année 2015 sera sans aucun doute l’année la plus chaude jamais enregistrée par l’Homme, la Conférence devra aboutir à la mise en place de nouveaux mécanismes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de nouveaux engagements de la part de chaque pays du monde. Un régime climatique contraignant et ambitieux devra être conclu et mis en application à partir de 2020. Les scientifiques estiment en effet que les conséquences du réchauffement climatique (catastrophes naturelles, fonte des glaces, disparitions d’espèces, migration des populations…) sont encore remédiables si les pays s’engagent à limiter la hausse du Soc civile prise en compte et manif accessibles au public.


Commentaires