De nombreuses manifestations prévues en marge de la COP21 ont été annulées à la suite des attaques du 13 novembre. Pour autant, les citoyens peuvent se mobiliser, par d’autres manières. Par exemple, en épargnant dans les énergies vertes.

En moyenne, l’argent déposé dans une banque classique génère plus de CO2 que son propriétaire  dans sa vie quotidienne. Pourquoi ? Parce que l’argent déposé peut être utilisé pour financer les énergies fossiles et les secteurs polluants. Avec pour conséquence d’aggraver le dérèglement climatique.

Heureusement, il n’y a pas de fatalité, et chaque citoyen peut faire en sorte que son argent soit utilisé autrement, avec une épargne plus responsable. A l’occasion de la COP21, Energie Partagée et Nef, deux acteurs de la finance éthiques, ont ainsi lancé la campagne «Epargnons le climat», dans le but de collecter 10 millions d’euros pour les énergies renouvelables, d’ici la fin de l’année.

Investir dans les énergies renouvelables

Les épargnants peuvent souscrire des actions Énergie Partagée pour entrer dans le capital de projets tels que des toitures solaires, des mini-centrales hydroéléctriques, ou des parcs éoliens, partout en France. Autrement, ils peuvent souscrire un compte à Terme Nef “Épargnons le Climat” pour orienter leur argent vers le financement de projets bénéfiques pour l’environnement. Chaque citoyen peut participer à partir de 100 euros placés. A titre d’exemple, 2000 euros permettent la mise en place d’une capacité de production d’énergie renouvelable égale à la consommation annuelle d’un ménage.

Cette initiative est soutenue par  une vingtaine d’organisations écologiques (Les Amis de la Terre France, Greenpeace, Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot, le Réseau Action Climat, 350. org, ATTAC, etc…). Plus d’un demi-million d’euros ont déjà été récoltés depuis le début de la campagne.

info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires