Comment rendre la livraison de demain plus écologique ? Pour répondre à cet enjeu, de nombreuses villes lancent leurs services de livraisons urbaines. Camions qui tournent au gaz naturel, vélo… Focus sur ces initiatives.

A la fois bruyants, polluants et peu évidents, les livraisons dites «du dernier kilomètre» sont une véritable épreuve pour les livreurs. Le dernier kilomètre est le dernier chaînon de la chaine de livraison. C’est une véritable problématique au niveau logistique puisque les points de livraison sont très nombreux.

Des alternatives qui portent leurs fruits

Pour réduire les problématiques liées aux livraisons, City Logistics s’est lancé dans le pari des livraisons «éco responsables». L’entreprise lyonnaise récupère les colis dans les entrepôts et puis les livrent à l’aide de camionnette tournant au gaz naturel.

«Nous avons opté pour le BioGNV, un carburant issu de la fermentation des déchets produits en France. Cela fait 96% de CO2 de moins. Pour le NOX (oxyde d’azote), c’est aussi 70% de moins par rapport à la norme Euro 6», explique Yves Guyon, président de City Logistics.

A Paris, La Petite Reine a la même intention réduire les moyens utilisés pour les livraisons de marchandises. Dans cette entreprise, on laisse tomber les camionnettes pour les Cargocycles, vélos triporteur à assistance électrique  de 100 kg capables d’en charger 180 .

Les camionnettes électriques sont également une autre alternative. De nombreux transporteurs comme FedEx, Colizen ou encore TNT ont recours à ce moyen là pour livrer leurs consommateurs.

A l’heure d’Internet, le business des livraisons est un véritable mastodonte. En Ile de France, 1 millions de livraisons sont effectuées chaque jour en pour servir 70.000 établissements et plus de 11 millions d’habitants.


Commentaires