La  loi sur la transition énergétique, votée l’été dernier, prévoit d’inciter les entreprises à acheter des flottes de vélos destinées aux trajets travail-domicile de leurs employés. Une alternative écologique venue tout droit d’outre-Manche où le concept fait fureur. En France, la question de la défiscalisation de l’achat de ces flottes semble être problématique pour le gouvernement.

 

Marre des bouchons ou des transports en communs bondés à l’heure de pointe ? Et si on prenait tous un vélo gratuit pour parcourir les quelques kilomètres qui séparent notre domicile de notre lieu de travail ? La  loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, adoptée en août dernier, prévoit justement des mesures en faveur du vélo, le plus écologique des moyens de transport. L’Etat souhaite donc inciter les entreprises à se doter d’un parc de vélos qui serait mis gratuitement à disposition des employés. Parfait pour tous ceux qui s’engagent pour la protection de l’environnement ou qui souhaitent tout simplement faire de l’exercice (les études démontrent que le vélo apporte des bénéfices directs pour la santé).

« Cycle to work », le modèle anglais

Au Royaume-Uni, le programme « Cycle to work » a été lancé il y a déjà 10 ans. Aujourd’hui, plus de 80 000 vélos sont mis à disposition par plus 30 000 entreprises. En 10 ans, le programme aurait épargné un rejet de 112 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère !

La France hésite sur la question de la défiscalisation

Pour inciter les entreprises à se doter d’une flotte de vélos, le gouvernement anglais a choisi la défiscalisation de l’achat du parc. En France, la loi sur la transition énergétique prévoyait cette même mesure incitative mais le projet de loi Finances 2016 entend la supprimer. Pour le gouvernement, il n’y aurait pas d’études fiables capables de déterminer s’il existe réellement une demande forte des entreprises et des salariés. « On a du mal à y croire: tout le monde dit que le vélo n’a que des vertus, en matière de santé, d’émissions de CO2, de créations d’emplois… et le gouvernement revient sur une mesure qui vient à peine d’être votée! », a déclaré à l’AFP Pierre Serne, élu EELV en Ile-de-France et président du Club des villes et territoires cyclables. Les parlementaires qui soutiennent l’usage du vélo ont dénoncé un double discours du pouvoir exécutif alors que doit s’ouvrir à Paris, le 30 novembre, la grande Conférence sur le Climat.

Les députés ont rétabli en commission, le 4 novembre, la défiscalisation mais la disposition devra être revotée en séance publique pour être intégrée au projet de budget 2016. Certains députés avaient formé un « Club des parlementaires du vélo » et avaient publié une tribune en faveur de la défiscalisation des flottes d’entreprises à hauteur de 25%. Ils attendent également un décret d’application sur l’instauration, par les entreprises volontaires, d’une indemnité kilométrique vélo qui inciterait les salariés à utiliser ce mode de transport pour aller travailler.

info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires