Nicolas Hulot jouit d’une grande popularité et d’un pouvoir d’influence, dit-on, au sein des gouvernements. L’ex-animateur a inspiré à Jacques Chirac le fameux “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”, au Sommet de Johannesburg en 2002, il a été proche de Jean-Louis Borloo pendant le Grenelle de l’environnement et aurait converti François Hollande à l’enjeu écologique. Et s’il était le prochain ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie ?

Nicolas Hulot est une des personnalités préférées des Français. Et un porte-parole de choix dans la sensibilisation à l’écologie. D’ailleurs, François Hollande ne s’y est pas trompé quand en 2013, il a nommé l’ex-animateur de l’émission culte Ushuaïa « envoyé spécial du président » avec en ligne de mire l’année 2015 placée sous le signe de l’écologie avec la tenue de la COP 21, la conférence internationale sur le climat de décembre à Paris.

L’importance de cette unique conférence internationale du quinquennat est cruciale pour François Hollande qui ne peut se permettre un échec. Le Président , connu pour ne pas être un écologiste de la première heure, aurait été convaincu par Nicolas Hulot. François Hollande apprécie sa sincérité, sa façon de vulgariser et de proposer des solutions concrètes aux enjeux environnementaux. Et le producteur d’Ushuaïa est populaire.
La mission d’« envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète », un poste bénévole aux contours moins rigides comparés à l’organigramme gouvernemental, consiste à « sensibiliser, informer et mobiliser la communauté internationale sur la crise écologique mondiale et les moyens pour y faire face, notamment là où ces enjeux ne sont pas suffisamment pris en compte ». Ainsi l’écologiste sans étiquette politique parcoure la planète pour délivrer son message de verdissement de la planète. Avec l’objectif de convaincre les gouvernements de 195 pays de trouver un accord permettant de maintenir sous les 2 degrés la hausse des températures.

Après la COP 21, quel pourrait être le rôle de l’écologiste ?
Selon une information du quotidien Le parisien de septembre 2015, François Hollande serait séduit par l’idée que Nicolas Hulot devienne ministre de l’Écologie et du Développement durable dans un contexte de probable remaniement ministériel après les régionales de décembre 2015. Par ailleurs, dans la perspective de 2017, François Hollande cherche à rassembler les forces de gauche. Pour cela, il songerait à intégrer au gouvernement des figures de la société civile appréciées par les sympathisants de gauche mais aussi de réintégrer des partenaires écologistes. Nicolas Hulot semble le candidat idéal. Sauf que l’émissaire écologiste, loin des tactiques politiciennes, aurait déjà décliné une telle proposition. Mais Hulot qui se frotte souvent aux sphères du pouvoir pour tenter d’influencer directement (il a été conseiller de Laurent Fabius puis de Jacques Chirac, avant d’être proche de Jean-Louis Borloo pendant le Grenelle de l’environnement et candidat aux primaires d’Europe Ecologie – Les Verts) pourrait, sait-on jamais, changer d’avis.


Commentaires