Après son album à succès “Shape of a broken heart” (2011), la chanteuse Imany poursuit sa reconversion musicale réussie. L’ex-mannequin trace sa route à la manière de sa musique, intransigeante, sincère et toujours passionnée. Bientôt il sera l’heure pour elle d’accueillir son enfant à naître, et de livrer un nouvel album. Créatrice toujours, mais sans jamais oublier ses engagements et ses convictions. À la veille de la conférence internationale sur le climat, Imany livre ses espoirs pour l’avenir.

Après la bande originale du film «Sous les jupes des filles» (2014), vous avez passé l’été aux quatre coins de la France pour une série de concerts. La prochaine étape, c’est un nouvel album ?

Oui nous avons fait une tournée de 30 dates un peu partout en Europe en voix-guitare pour revenir doucement à mes premières amours et aussi introduire les nouveaux titres. L’album sortira au printemps prochain !

Vous êtes à l’affiche du festival Alternatiba Paris, grande manifestation citoyenne pour le climat. C’est une question qui vous tient particulièrement à coeur ?

Oui tout à fait, cela devrait être la seule préoccupation de tous à vrai dire ! On peut se battre pour des bouts de terre, des convictions religieuses ou financières si la Terre sur laquelle nous nous disputons disparait, alors tout ça n’a plus aucun intérêt !

Vous n’hésitez pas à donner de la voix pour des causes qui vous sont chères : campagne de sensibilisation sur l’endométriose, participation au concert SOS Racisme… Vous définiriez-vous comme une artiste engagée ?

Je me définis comme une personne engagée, je ne peux pas vivre comme si tout allait bien en ce bas monde. Comme l’a dit Nina Simone, c’est le devoir de tout artiste de refléter et de témoigner de l’époque dans laquelle on vit.

Vous avez récemment dévoilé votre grossesse sur les réseaux sociaux. Quand on est sensible aux questions d’environnement, on pense forcément aux générations futures…

Oui parfois, quand on voit l’état du monde on se demande si ce n’est pas légèrement criminel de mettre un enfant au monde. Et à la fois il faut garder l’espoir que les générations suivantes tiendront des héros facteurs de changement. Qui sait ? Si ça se trouve la révolution viendra d’elle.

Êtes-vous résolument optimiste ?

Imany veut dire la foi en swahili à dire vrai. Je suis une optimiste car je ne vois pas d’autre moyen de me lever le matin.


Commentaires