Avec la multiplication des tablettes, smartphones et ordinateurs dernières générations, le matériel électronique cassé ou obsolète s’accumule. Problème : ces déchets ne sont pas encore suffisamment recyclés en Europe.

Seuls 35% des déchets d’équipements électriques et électroniques sont correctement recyclés en Europe, révèle une étude des Nations unies et d’Interpol.

Selon cette enquête menée en 2012, la Suède et la Norvège sont les meilleurs élèves de l’Europe, tandis que la France se situe dans la moyenne, avec seulement un peu plus d’un tiers des déchets électroniques recyclés.

6,5 millions de tonnes de ce qu’on appelle le e-déchets ne sont pas ou mal recyclés. Ils sont soient exportés, récupérés pour leurs morceaux  de valeur ou tout simplement jetés à la poubelle. Mais surtout, une grande partie, 3,15 millions de tonnes, est recyclée dans des conditions non conformes en Europe.

Plomb et mercure dans la nature

Le recyclage des appareils électriques et électroniques est pourtant important, car il permet d’éviter le rejet dans la nature de substances comme le plomb ou le mercure.  Selon une directive de 2012, 85 % des «e-déchets» devront être recyclés à partir de 2019, on est donc encore loin du compte.

Chacun peut contribuer à son échelle.  En France, les boutiques d’électroménager ont l’obligation de reprendre les déchets électronique d’un client qui achète un objet neuf, sur le principe du «1 pour 1». Il y a aussi l’option solidaire : donner à des associations comme Emmaüs ou une ressourcerie.


Commentaires