Ou comment une jeune femme réinvente l’éducation des jeunes enfants, à commencer par ceux de l’école maternelle de Gennevilliers (92). Pas militante mais engagée, Céline Alvarez s’empare de la Bastille de l’Education nationale.

C’est comme si tout dans son histoire devait la mener où elle en est aujourd’hui. Son enfance à La dalle d’Argenteuil (95), les copains qui « décrochent » et le sentiment d’injustice qui la traverse : « Je voyais autour de moi, au collège et au lycée, des personnes qui étaient brillantes mais qui ne rentraient pas dans le moule », s’énerve-t-elle. Frustrée, l’adolescente continue jusqu’au bac, sans aimer l’école. Communication, théâtre, la jeune fille cherche son chemin et le trouve en Espagne, pays d’origine de son père. Bilingue de naissance, elle donne des cours de français. L’enseignement lui plaît. Déterminée à en savoir plus, elle entame un Master de linguistique à distance et part deux mois au Togo, pour une classe d’été avec une centaine d’enfants, de 3 à 12 ans. « Pas un seul bruit ne régnait dans la classe. On sentait leur envie d’apprendre », se remémore Céline Alvarez, les yeux brillants.

Ceci est un extrait de la 2ème édition d’UP le mag : “Mieux vivre en dépensant moins”

up21

Lire la suite dans le magazine….

Feuilletez quelques pages du magazine :


Commentaires