Fondé en 1992, le Festival du Vent est un tremplin d’actions éco-citoyennes concrètes qui invitent les participants à se mobiliser pour l’environnement. Pour sa 22ème édition qui aura lieu du 23 au 27 octobre à Calvi (Haute-Corse), il s’intéresse à l’économie circulaire. 

« L’économie circulaire : une économie d’avenir. » Tel est le fil rouge du Festival du Vent 2013, événement citoyen et éco-responsable organisé à Calvi (Haute-Corse) du 23 au 27 octobre 2013. L’économie circulaire vise à produire des biens et des services en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières et des ressources naturelles. « Elle se résume aux quatre « R » : réduire, réparer, réutiliser, recycler », détaille Dominique Bourg, philosophe et professeur à la faculté des géosciences et de l’environnement à l’Université de Lausanne (Suisse).

Réduire avant de produire

« L’économie circulaire implique de travailler sur l’éco-conception des produits puisque pour bien recycler, il faut d’abord travailler sur les matières premières utilisées en amont », ajoute Serge Orru, président d’honneur du Festival du Vent qui a piloté l’organisation de l’édition 2013. Et pour cause : alors que les Français produisent 355 millions de tonnes de déchets par an, force est d’admettre que transformer ces détritus en ressource ne suffit plus. Il faut désormais penser à la réduction des déchets avant de consommer. Le constat est le même face à l’épuisement des ressources naturelles : « Même en recyclant à plus de 70 % la consommation mondiale de fer, on ne gagne que 12 ans sur l’épuisement des ressources », explique Dominique Bourg, invité du festival.

Solutions innovantes

Dans un tel contexte, nul doute que « l’économie circulaire combine la relance écologique et le redressement productif », d’après Serge Orru. C’est pourquoi le Festival du Vent a fait de l’économie circulaire le cœur de sa 22ème édition. Conçu comme « un accélérateur et un initiateur écologique » selon le président d’honneur, cet événement ne se contente pas de pointer du doigt les travers du modèle actuel. L’idée est plutôt de proposer des solutions innovantes et positives afin de produire et de consommer dans le respect de l’environnement. Un vaste projet qui fêtera cette année ses 20 ans.


Commentaires